Osama Ben Laden, le barde de la terreur

PRINCETON – A Ryadh en mars dernier, le prince Abdullah d'Arabie Saoudite a remis l'ordre du mérite du royaume saoudien au vice-président américain Dick Cheney. Ce geste a provoqué sur internet une avalanche de centaines de messages d'Arabes condamnant ce geste comme une trahison et déplorant l'état lamentable du leadership dans le monde arabe. A titre d'exemple, voici un message adressé au roi : "Honte à toi pour te prétendre gardien des deux Lieux saints " (La Mecque et de Médine).

Au même moment, Ossama Ben Laden diffusait deux déclarations enregistrées condamnant les attaques occidentales et israéliennes contre les musulmans et renouvelant ses appels à la violence pour libérer les terres musulmanes occupées par les infidèles.

En terme de stratégie médiatique, le contraste est saisissant entre les dirigeants arabes et Ben Laden. D'un coté, les rois et les présidents arabes sont dépourvus de charisme, paraissent impuissants politiquement et évoquent rarement les "grands problèmes" qui préoccupent les peuples du Moyen-Orient. De l'autre, Ben Laden fascine, exprimant la frustration de nombreux Arabes dans un arabe classique, incluant même dans son discours des poèmes de style médiéval. Il choisit de donner de lui l'image d'un dirigeant qui parle vrai, porteur d'une idéologie musclée qui articule le sentiment d'humiliation de beaucoup de musulmans aujourd'hui et un plan d'action.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/TdjOFIn/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.