Résister à l’anti-progressisme

LONDRES – Il est rare qu’un discours politique me sorte de ma routine. Mais c’est exactement ce qui s’est passé cet été à la lecture d’un discours remarquable de Viktor Orbán, Premier ministre de plus en plus autoritaire de Hongrie.

Orbán attire rarement l’attention en dehors de son propre pays. La dernière fois qu’il a commis un discours aussi remarquable était il y a vingt cinq ans ; il était alors un jeune homme investit dans la chute du communisme en Europe. S’exprimant en juin 1989 aux deuxièmes obsèques de Imre Nagy – leader du mouvement anti-soviétique hongrois en 1956 – Orbán avait fermement exigé le retrait des troupes soviétiques du territoire hongrois.

Cet été, cependant, les arguments d’Orbán étaient d’une toute autre nature. Son discours en faveur de ce qu’il a appelé « l’état non-progressiste », proposait cinq exemples réussis de « systèmes qui ne sont pas occidentaux, ni libéraux, ni des démocraties libérales, et peut-être même pas des démocraties. » La Russie et la Chine étaient citées parmi ces exemples. Comme si le rideau de fer et les tanks qui ont écrasé le gouvernement de Nagy – et le jeune Orbán lui-même – n’avaient jamais existé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/6gyev8p/fr;