8

Pour la sauvegarde d'un Internet ouvert

LA HAYE – Certaines propositions touchant à la gouvernance d'Internet risquent de provoquer de sérieux conflits. Le monde en ligne, après tout, a fourni d'énormes débouchés à des milliards d'habitants, en grande partie parce qu'il n'a jamais été gouverné.

Et pourtant, comme l'Internet croît en importance, il en va de même pour les risques inhérents à l'absence de réglementation. Il existe un risque de plus en plus grand que la plate-forme ouverte à laquelle nous sommes tous attachés soit de plus en plus colonisée par la cupidité des entreprises, l'activité criminelle et les conflits entre États. Et les citoyens ordinaires risquent d'en faire les frais. Il est essentiel de mettre en place des sauvegardes afin que les pays et les sociétés soient contraints de la même manière par des principes qui les encouragent à agir en vue de l'intérêt commun.

La vision utopique selon laquelle des gouvernements et d'autres institutions doivent être tenus à l'écart ne tient pas compte du rôle que les pays jouent déjà sur Internet, souvent secrètement. Elle n'explique pas non plus le fait que des sociétés géantes exploitent cet environnement en grande partie non réglementé pour s'établir comme de nouveaux souverains.

Quand un pays censure le contenu en ligne à grande échelle, ou emploie des moyens détournés numériques pour surveiller ses citoyens, Internet tout entier en ressent l'impact. De même, lorsque les entreprises qui comptent des milliards d'utilisateurs dispersés à travers le monde subissent des vols de données, ou choisissent de poursuivre le profit au détriment des droits de l'homme universels, nul ne peut désigner à l'heure actuelle un organisme capable de leur demander des comptes.