28

Un nouveau plafond pour les prix du pétrole

LONDRES – S'il y a bien un montant qui détermine le sort de l'économie mondiale, c'est bien celui du prix d'un baril de pétrole. Chaque récession mondiale depuis 1970 a été précédée d'au moins un doublement du prix du pétrole. Et à chaque fois que le prix du pétrole a chuté de moitié et est resté bas pendant six mois ou plus, une accélération importante de la croissance mondiale a suivi.

Apres avoir chuté de 100 à 50 dollars, le prix du pétrole est maintenant stationnaire précisément à ce niveau critique. Devons-nous donc nous attendre à ce que 50 dollars soit le prix plancher ou le prix plafond de la nouvelle fourchette de négociation du pétrole ?

La plupart des analystes considèrent 50 dollars comme un plancher, voire même comme un tremplin, parce que le positionnement sur le marché à terme laisse entrevoir une remontée des prix assez rapide à 70 ou 80 dollars. Mais l'économie et l'histoire suggèrent que prix d'aujourd'hui doit être considéré comme un plafond probable pour une fourchette de négociation bien inférieure, qui peut descendre jusqu'à 20 dollars.

Pour en comprendre les raisons, il faut d'abord examiner l'ironie idéologique au cœur de l'économie actuelle de l'énergie. Le marché du pétrole a toujours été marqué par une lutte entre le monopole et la concurrence. Mais ce que la plupart des commentateurs occidentaux refusent de reconnaître, c'est que le champion de la concurrence de nos jours est l'Arabie saoudite, tandis que les pétroliers épris de liberté du Texas prient pour que l'OPEP réaffirme son pouvoir de monopole.