Salman with Obama Bloomberg/Getty Images

Obama en Arabie

PRINCETON – La visite du président Barack Obama cette semaine en Arabie saoudite, où il participe au sommet du Conseil de coopération du Golfe, vient à un moment où les relations entre les deux pays ont rarement été aussi mauvaises. Pourtant, quoi que pensent la plupart des Américains de l’Arabie saoudite, le pays demeure un important allié régional. Obama agirait sagement en raccommodant la relation bilatérale.

L’Arabie saoudite, d’où provient un baril de pétrole sur neuf consommés dans le monde, n’est pas seulement un pilier de l’économie planétaire ; la stabilité de son gouvernement est indispensable à l’ordre international. Si la dynastie des Saoud venait à tomber et si le pays devait se disloquer en territoires rivaux dirigés par des factions djihadistes ou tribales, les guerres civiles de Syrie et de Libye sembleraient en comparaison des conflits de peu d’importance.

L’effondrement de l’État saoudien déborderait rapidement sur les pays voisins du Golfe, déclenchant une implosion de la région, avec des conséquences humanitaires inimaginables. Les États-Unis ne pourraient éviter d’être entraînés à intervenir militairement dans la région, ne serait-ce que pour sauvegarder les approvisionnements de pétrole et de gaz dont dépend l’économie mondiale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Hwt98fE/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.