0

Nucléaire : Obama choisit la voie médiane

WASHINGTON – Peut-être jamais dans l'Histoire, la sécurité nucléaire, la non-prolifération et le contrôle de l'armement nucléaire n'ont été l'objet de tant autant d'attention que ce mois-ci avec le 6 avril le dévoilement de la nouvelle doctrine nucléaire américaine (Nuclear Posture Review ou NPR), le 8 avril à Prague la signature du nouveau traité START sur la réduction de l'armement stratégique et le 12 et 13 avril le sommet sur la sécurité nucléaire. Ces événements vont se prolonger en mai avec la conférence sur la révision du TNP, le traité de non-prolifération nucléaire.

Le président Obama est devenu l'un des principaux défenseurs de l'élimination de l'armement nucléaire, une position qui à la surprise générale lui a valu l'année dernière le Prix Nobel de la paix. Mais il s'est aventuré bien moins loin dans cette direction que ce que l'on a pu croire.

En matière de nucléaire militaire, il poursuit une voie médiane, accompagnant les mesures en faveur du désarmement par d'autres, destinées à pérenniser la suprématie nucléaire américaine. Ce faisant, il souligne son engagement en faveur du respect du TNP tout en rassurant le Congrès et ses alliés parfois inquiets de l'audace de cette nouvelle approche.

Il parvient de cette manière à répondre aux aspirations des partisans d'un désarmement général. Ainsi la nouvelle doctrine réduit le rôle de l'armement nucléaire américain en adoptant presque totalement le principe consistant à ne pas être le premier à utiliser l'arme nucléaire. C'est seulement en cas de "circonstances extrêmes" que les USA envisageront d'y recourir. Pour la première fois les USA s'engagent à ne pas répondre par une frappe nucléaire à une attaque, même réalisée au moyen d'armes chimiques ou biologiques.