0

Obama en Inde

NEW DELHI – Barack Obama, le sixième président américain à se rendre en Inde depuis l’accession de ce pays à l’indépendance, arrive à un moment difficile, à la fois pour l’Inde et pour les États-Unis. Certains de ses plus proches conseillers ont récemment démissionné, créant un vide embarrassant dans les domaines de la sécurité nationale et de l’économie – les points forts de sa rencontre avec le gouvernement indien.

Du point de vue de l’Inde, la visite officielle d’Obama devrait permettre d’aborder des questions vastes et complexes, alors même que les options permettant de les résoudre sont extrêmement limitées. Celles ayant trait à la sécurité au Pakistan et en Afghanistan sont plus traîtres que jamais. Les divergences bilatérales économiques, commerciales et monétaires ne sont peut-être pas aussi marquées qu’entre les États-Unis et la Chine, mais elles sont épineuses et l’absence de détermination les rend plus difficiles encore à résoudre.

La non-prolifération nucléaire est toujours l’une des priorités d’Obama, tout comme la vente de technologie nucléaire civile américaine à l’Inde, pour laquelle l’ancien président George W. Bush avait ouvert la voie. Et le président Obama sera sans doute anxieux de savoir quelle pourrait être la contribution de l’Inde à la question iranienne, pays avec lequel l’Inde entretient de bons rapports, dans le contexte des inquiétudes partagées au sujet de l’Afghanistan et du Pakistan.

Compte tenu de ces nombreux défis, quels résultats peut-on attendre de la visite d’Obama en Inde ? Il y a quelques années de ça, le secrétaire d’État adjoint de l’époque, Strobe Talbott, qui préparait le déplacement du président Clinton en Inde, m’avait sollicité à ce sujet. En tant que ministre des Affaires étrangères, je lui avais répondu : « Pourquoi vouloir fixer des objectifs à cette visite ? Contentons-nous de lui donner une direction » ou d’autres mots dans le même ordre d’idée. Cette réponse reste valable aujourd’hui : en définissant une nouvelle direction pour les relations indo-américaines, de nouveaux objectifs se concrétiseront d’eux-mêmes.