Obama enchaîné

NEW YORK – Partout dans le monde, les spécialistes des Etats-Unis ont bien du mal à comprendre quelle maladie paralyse la politique de ce pays et exerce une grave menace sur sa capacité à résoudre les questions nationales et à contribuer à la résolution des affaires internationales. La gouvernance des Etats-Unis traverse la pire crise de l'histoire contemporaine. Et, il n’y a semble-t-il pas d’amélioration en perspective.

D’emblée, il n'est guère aisé d'appréhender les difficultés que le président Barack Obama rencontre pour faire accepter les grands points de son programme, qu’il s’agisse de la réforme des finances, du système de santé ou du changement climatique. Après tout, sa personnalité est populaire et le parti démocrate détient la majorité des sièges dans les deux chambres du Congrès. Or, son agenda est au point mort et le fossé entre les diverses opinions du pays s’élargit.

Début novembre, les Démocrates étaient 84 % à approuver la politique d’Obama, en comparaison avec un petit 18 % chez les Républicains. 58 % des Démocrates (et 9 % des Républicains) pensaient que le pays était sur la bonne voie. Seuls 18 % des Démocrates approuvaient l’envoi de 40 000 soldats supplémentaires en Afghanistan, tandis que 57 % des Républicains se déclaraient en faveur d’un renforcement des troupes. En fait, une grande majorité des Démocrates (60%) souhaite réduire la présence de troupes en Afghanistan, à l’instar de 26 % seulement du côté républicain. Sur ces questions en général, l’avis des centristes indépendants (ni Démocrates ni Républicains) est moins partagé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/mN5nXUP/fr;