Jugements de Nuremberg à Bagdad

Quand les premiers soldats américains furent capturés en Irak, le président Bush déclara qu'il s'attendait à ce qu'ils soient traités avec humanité. « Sinon, ceux qui auront maltraités les prisonniers seront considérés comme des criminels de guerre » a-t-il prévenu.

La remarque du président Bush a bien fait passer le message : il est important de suivre à la lettre la Convention de Genève et de réfléchir à l'organisation des tribunaux pour crime de guerre dans l'Irak de l'après-guerre et à la nomination de leurs présidents. Le plan américain pour les poursuites pour crimes de guerre couvre les violations de droit commises avant le début du conflit actuel. Les officiels américains ont récemment publié une liste d'Irakiens susceptibles de poursuites pénales pour des crimes passés.

L'armé américaine s'attache par principe à la Convention de Genève. Les principales dispositions de la Convention sont reprises dans les règles de combat des différentes armes de l'armée américaine. Des règles semblables régissant le comportement des armées américaines lors de la guerre de Sécession ont guidé l'armée américaine depuis 1863, date à laquelle un code de 159 articles fut ébauché par Francis Lieber, un immigrant allemand qui devint ensuite professeur de droit à l'université Columbia.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/KU5SvBI/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.