cfigueres13_OLE BERG-RUSTENAFP via Getty Images_norwaysovereignwealthfund Ole Berg-Rusten/AFP via Getty Images

Le devoir souverain de la Norvège

BRUXELLES – L’actualité norvégienne récente pourrait avoir une influence déterminante sur les engagements qui seront pris lors de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) qui se tiendra au mois de novembre à Glasgow.

En août, une commission nommée par le gouvernement recommandait que la Norvège prenne sans tarder les dispositions permettant à son fonds souverain de parvenir d’ici 2050 à la neutralité carbone et que les placements de ce fonds se conforment aux accords internationaux sur le climat signés par le pays. Aussitôt, le candidat du parti travailliste au poste de Premier ministre, Jonas Gahr Støre annonçait que s’il était élu, il fixerait au fonds un objectif de neutralité carbone. Maintenant que Støre a remporté les élections, il doit former une coalition qui lui permettra de donner corps à ses convictions.

Le Fonds de pension global norvégien, qui détient 1 400 milliards de dollars d’actifs, est le fonds souverain le plus important du monde. Mais le pays hésite encore à mobiliser sa puissance financière au nom de ses propres engagements internationaux sur le climat. Un dilemme auquel il n’est pas le seul à faire face.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/vDzrB4gfr