Quelle solution pour l'Europe ?

BERKELEY – L'Europe a bien réagi (au moins en partie) aux deux premiers facteurs constitutifs de la crise de l'euro : la crise bancaire due au surendettement du secteur public et du secteur privé, et la brusque chute de confiance qui a suivi à l'égard des gouvernements de la zone euro. Mais il reste un troisième facteur, à plus long terme, le plus dangereux : le déséquilibre structurel entre le nord et le sud de la zone euro.

Commençons par ce qui est positif. On ne craint plus un effondrement du système bancaire en Europe, accompagné de la fuite des investisseurs paniqués ; et la crainte d'un défaut des pays de la zone euro engendré par le dysfonctionnement politique de l'UE commence à se dissiper. Or l'une et l'autre provoqueraient une Grande dépression.

L'Europe évitera une Grande dépression si elle réagit efficacement à ces deux facteurs de crise. Mais elle pourrait connaître des décennies perdues sur le plan économique, si les pays du sud de l'Europe ne retrouvent pas rapidement leur compétitivité.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/YQniqzB/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.