People watch news about North Korea Jung Yeon-Je/Getty Images

Le facteur peur et les taux d'intérêt

CAMBRIDGE – Ceux qui étaient écoliers aux USA durant la Guerre froide se souviennent peut-être des instructions qu'on leur donnait en cas d'attaque nucléaire : s'ils entendaient les sirènes d'alerte, ils devaient baisser la tête et protéger leur visage avec les bras. Se blottir sous son bureau dans cette position était censé protéger d'une annihilation nucléaire. Si seulement c'était le cas !

The Year Ahead 2018

The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

Order now

Se souvenir de ce conseil absurde permet d'apprécier l'anxiété ressentie aujourd'hui par les Japonais. Plusieurs fois au cours des dernières semaines, des textos (les sirènes d'aujourd'hui) ont informé la population que les traces fugaces dans le ciel au-dessus de leurs têtes était dues à un missile balistique intercontinental lancé par Kim Jong-un, le dictateur de la Corée du Nord âgé de 33 ans qui a des difficultés à contrôler ses pulsions.

Les responsables politique et les dits experts tournés vers l'Atlantique, séparés du dictateur par un océan et un continent, ne parviennent peut-être pas à véritablement évaluer cette menace d'origine humaine contre l'ordre mondial. Pourtant cette menace a un effet notable sur les marchés financiers au cours des derniers mois.

Malheureusement, les bruits de canon sur la péninsule coréenne augmentent le risque d'un conflit direct avec la Corée du Nord, ce qui remettrait en question les relations sino-américaines. Un conflit de ce type causerait d'énormes pertes en vie humaine et conduirait à une forte contraction de l'activité économique au niveau régional, et peut-être mondial.

Grâce aux travaux de Robert Barro, un économiste de Harvard, la théorie de la gestion des risques extrêmes a fait des progrès considérables ces dernières années. Son idée centrale est que l'on ne peut exclure une catastrophe comme celles décrites dans l'Ancien Testament : guerre, famine, épidémie de grande ampleur ou effondrement social. Ce type d'événement fait chuter la production, la consommation et le niveau de vie. Etant très rares, et donc de très faible probabilité, on a tendance à les exclure du domaine du possible.

La Grande récession nous montre la réaction à laquelle on peut s'attendre de la part des marchés financiers lorsque la production s'effondre : du fait de la disparition de l'inflation, les rendements nominaux et réels (net d'inflation) des bons du Trésor à court terme s'effondrent eux aussi. La courbe des rendements s'aplatit, car détenir une créance à long terme sur des actifs-refuges constitue une garantie de qualité. Le rendement des titres du Trésor chutant, leur différentiel par rapport aux autres titres se creuse.  

Dans le contexte actuel, les tensions géopolitiques engendrent la vague possibilité d'une catastrophe dont la probabilité varie au jour le jour et qui rendrait tout le monde perdant. Nous ne prétendons pas savoir mieux que d'autres ce qui se passe dans le cerveau de Kin Jong-un, mais savoir qu'il y a une part d'inconnue aide à comprendre le niveau actuel du prix des actifs. Dans cette situation, les investisseurs soucieux de minimiser les risques, notamment ceux liés à la région Asie-Pacifique, utilisent à cette fin l'effet probable de la crise nord-coréenne sur les marchés financiers. Du fait de leur perception des risques acycliques et atypiques, les taux réels et nominaux des bons du Trésor sont inférieurs à ce que la position cyclique de l'économie justifierait.

Dans un discours récent, Gertjan Vlieghe, un membre de la Commission de politique monétaire de la Banque d'Angleterre, est allé dans le même sens. Il a expliqué que lorsque la courbe décrivant les perspectives de consommation s'éloigne de la courbe en cloche à l'utilité éprouvée, la probabilité d'un mauvais résultat paraît alors plus grande et les taux d'intérêt réels correspondant à un marché équilibré baissent par rapport à leurs valeurs passées.

La perception croissante d'une catastrophe extrême implique trois éléments :

- Des taux d'intérêt faibles ne signifient pas nécessairement que les pays avancés sont embourbés dans une trappe de croissance faible en raison des mauvaises perspectives démographiques et d'une croissance faible de la productivité. C'est plutôt le signal que la concurrence pour les actifs refuges s'intensifie.

- Il ne s'agit pas d'inciter le gouvernement à augmenter les dépenses. Le coût à court terme du financement des déficits est faible, car les ménages craignent que la période de vaches maigres soit particulièrement difficile. Si les citoyens se préparent au pire, les dirigeants (de même que les responsables de la gestion cyclique de la demande agrégée) ont-ils raison de faire fi de toute prudence ?

- Une politique de taux d'intérêt faible dans les pays avancés ne traduit pas nécessairement une orientation accommodante de la part des autorités monétaires. Cela tient au fait que le relâchement monétaire se mesure par la différence entre taux réels et taux d'équilibre. Si ce dernier est lui-même bas, le niveau des taux d'intérêt décidé par la Réserve fédérale américaine, la Banque centrale européenne et la Banque du Japon n'est peut-être pas si bas qu'il y paraît à première vue.

L'idée du risque d'une catastrophe extrême s'ajoute aux autres explications du niveau généralement faible des taux d'intérêt réels. Peut-être ce risque est-il à l'origine de la vague d'épargne mondiale au sujet de laquelle Ben Bernanke, l'ancien président de la Réserve fédérale, nous a mis en garde en 2005. Et si les responsables gouvernementaux s'inquiètent d'un possible conflit, ils peuvent avoir davantage tendance à pousser les taux d'intérêt réels à la baisse au moyen de la "répression financière", de manière à disposer d'une marge budgétaire suffisante pour s'y préparer.

Ce sont néanmoins des explications des tendances à long terme. La vague d'épargne mondiale nous aide à comprendre les 15 années qui ont suivi la crise financière asiatique de 1998. La répression financière se base sur ce qui s'est passé dans les après-guerres ou à la suite d'autres événements qui ont creusé la dette publique. Le risque d'une catastrophe extrême contribue très probablement à de tels épisodes, mais il explique peut-être encore mieux la dynamique à court terme des marchés financiers quand des missiles nucléaires volent dans le ciel.

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz

http://prosyn.org/foORELk/fr;

Handpicked to read next

  1. An employee works at a chemical fiber weaving company VCG/Getty Images

    China in the Lead?

    For four decades, China has achieved unprecedented economic growth under a centralized, authoritarian political system, far outpacing growth in the Western liberal democracies. So, is Chinese President Xi Jinping right to double down on authoritarianism, and is the “China model” truly a viable rival to Western-style democratic capitalism?

  2. The assembly line at Ford Bill Pugliano/Getty Images

    Whither the Multilateral Trading System?

    The global economy today is dominated by three major players – China, the EU, and the US – with roughly equal trading volumes and limited incentive to fight for the rules-based global trading system. With cooperation unlikely, the world should prepare itself for the erosion of the World Trade Organization.

  3. Donald Trump Saul Loeb/Getty Images

    The Globalization of Our Discontent

    Globalization, which was supposed to benefit developed and developing countries alike, is now reviled almost everywhere, as the political backlash in Europe and the US has shown. The challenge is to minimize the risk that the backlash will intensify, and that starts by understanding – and avoiding – past mistakes.

  4. A general view of the Corn Market in the City of Manchester Christopher Furlong/Getty Images

    A Better British Story

    Despite all of the doom and gloom over the United Kingdom's impending withdrawal from the European Union, key manufacturing indicators are at their highest levels in four years, and the mood for investment may be improving. While parts of the UK are certainly weakening economically, others may finally be overcoming longstanding challenges.

  5. UK supermarket Waring Abbott/Getty Images

    The UK’s Multilateral Trade Future

    With Brexit looming, the UK has no choice but to redesign its future trading relationships. As a major producer of sophisticated components, its long-term trade strategy should focus on gaining deep and unfettered access to integrated cross-border supply chains – and that means adopting a multilateral approach.

  6. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now