6

L’escalade des conflits dans le monde arabe

BEYROUTH – Les violences qui se déchaînent dans les pays arabes depuis quatre ans pourrait bien ne constituer qu’un avant-goût de ce qui nous attend. L’escalade de brutalité et les actions entreprises par les gouvernements exercent une pression considérable sur les citoyens de la région. Si le cours des choses n’évolue pas, nous pouvons nous attendre à voir éclater de nouveaux conflits, et surgir une nouvelle vague de soulèvements – cette fois beaucoup moins pacifique.

Jamais depuis la fin de la Première Guerre mondiale le monde arabe n’avait connu de bouleversements aussi importants. Les conflits frappent désormais pas moins de neuf pays arabes, l’ampleur du carnage atteignant un degré d’inhumanité indescriptible. Les tensions s’accentuent au sein même d’États a priori en paix. Tout un système de valeurs ancestrales s’érode peu à peu, tandis que se fissurent des fondations sociétales autrefois immuables.

Les combats qui s’opèrent en Syrie, en Irak, au Soudan, en Libye et au Yémen, viennent morceler des communautés tout entières. L’épuration ethnique perpétrée par l’État islamique réduit en poussière plusieurs siècles d’entremêlements religieux, ethniques et culturels, portant à près de deux millions le nombre de personnes aujourd’hui chassées de leur foyer.

En effet, bien que le Moyen-Orient et l’Afrique du nord abritent seulement 5 % de la population mondiale, ces régions produisent plus d’un tiers des réfugiés de la planète. Rien qu’en Syrie, 11 millions de personnes ont été contraintes de se déplacer à l’intérieur ou en dehors du pays.