Qui a tué le téléphone Nokia ?

HELSINKI – Il semble y avoir une loi d’airain voulant que dans le secteur des technologies les entreprises de pointe finissent par perdre leur avance – bien souvent, la chute est rapide et prononcée. Le pionnier des téléphones portables de Nokia, l’une des plus grandes réussites de l’Europe dans le domaine des technologies, n’a pu y échapper, perdant sa part du marché en deux ans à peine. Les nouvelles sociétés qui dominent le secteur, Apple et Google – sans compter les géantes des autres secteurs technologiques – éviteront-elles le sort de Nokia ?

En 2007, Nokia comptait pour plus de 40 % des ventes mondiales de téléphones portables. Mais les consommateurs avaient une nette préférence pour les téléphones intelligents à écran tactile. Au lancement de l’iPhone d’Apple au milieu de la même année, la part de marché de Nokia s’est rapidement affaissée et les recettes se sont mises à péricliter. À la fin de 2013, Nokia cédait son activité dans le secteur des téléphones à Microsoft.

Ce qui a scellé le sort de Nokia dans ce secteur était une succession de décisions prises par Stephen Elop dans le cadre de ses fonctions de PDG, qu’il occupait dès octobre 2010. À l’époque où Elop était à la barre de Nokia, la valeur boursière de la société baissait de 18 millions € par jour – faisant de son mandat de direction, selon les résultats financiers, le pire de toute l’histoire.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Abp2xrC/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.