tjohnson1_BRIAN ONGOROAFP via Getty Images_africacovidvaccine Brian Ongoro/AFP via Getty Images

Hésitation face au vaccin, ou racisme systémique ?

JOHANNESBURG/SEATTLE/ADDIS-ABEBA – Lorsque les États-Unis ont commencé à déployer les vaccins contre la COVID-19 cette année, leur adoption par les communautés noires a pris du retard par rapport à celles des communautés blanches. On a cru d'abord qu'il s'agissait d'un choix : les antécédents d'abus médicaux à leur encontre avaient soi-disant laissé les Afro-Américains méfiants vis-à-vis des interventions de santé publique. Une hésitation similaire à l'égard des vaccins aurait également entravé les efforts visant à vacciner les populations africaines.

Mais ce récit dépasse les simples faux-fuyants.

Les communautés minoritaires et les populations des pays en développement ont des raisons légitimes d'approcher les services de santé avec quelques réserves – et à juste titre. Depuis les expériences gynécologiques de J. Marion Sims réalisées sur des femmes noires asservies dans les années 1800, jusqu'à l'Étude de Tuskegee sur la syphilis durant quatre décennies, dans laquelle des hommes noirs infectés ont été observés mais non traités, les cas d'abus médicaux à l'encontre des Afro-Américains ne manquent pas.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/NbwPjhDfr