Non au fondamentalisme vert

BORDEAUX – La climatologie, qui met aujourd’hui l’accent sur le réchauffement climatique, est une science encore comparativement nouvelle. Or, malgré la nature relativement récente des recherches dans ce domaine, un consensus sans équivoque s’est imposé : le changement climatique – provoqué en grande partie, mais pas exclusivement, par l’activité humaine – menace aujourd’hui notre mode de vie et nous devons trouver les moyens de le combattre.

Mais je pense aussi que l’approche fondamentaliste adoptée par certains cercles est à la limite de l’acceptable. Comment les fondamentalistes verts peuvent-ils défendre une réduction de la croissance économique comme solution au problème du réchauffement climatique quand des hommes, des femmes et des enfants, par centaines de millions, dans le monde entier, vivent encore dans une pauvreté abjecte et ont désespérément besoin d’aide ?

Les habitants des régions les moins favorisées ont droit au développement économique de manière à ce qu’ils puissent produire leur propre nourriture, qu’ils aient accès à l’eau potable, qu’ils vivent dans des conditions décentes et puissent bénéficier de tous les avantages représentés par les hôpitaux et les écoles. Ce sont des droits humains fondamentaux, qui ne peuvent être obtenus que par la croissance, et non la stagnation, économique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/1g0g0EY/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.