Permis de tuer

NEW YORK – L’année dernière est à marquer d’une pierre blanche. Après la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008, il a fallu redonner artificiellement vie aux marchés qui s’étaient écroulés. Rien de tel ne s’était produit depuis la Grande Dépression des années 1930.

Cet écroulement n'est pas dû à un facteur externe, ce qui est extraordinaire, mais à un dérèglement interne du système, qui s’est ensuite généralisé à l’économie de la planète. Ce phénomène était quasiment inattendu, puisque l'opinion qui prévalait était que les marchés financiers se régulaient d'eux-mêmes.

Nous savons désormais que ce n’est pas le cas. Ayant trop dérégulé les marchés, nous devons toutefois résister au naturel qui nous pousserait à surcompenser. Les marchés sont imparfaits, certes. Mais les régulateurs sont des êtres humains, soumis à la bureaucratie et à une certaine influence politique. Nous devons donc limiter la régulation au maximum.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/GVDGzIz/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.