0

Le cimetière des empires n’offre aucune alternative

NEW DELHI – Maintenant que des discussions ont été entamées dans le plus grand secret entre les Etats-Unis et les talibans au Qatar, la stratégie du président américain Barack Obama visant à opérer un retrait par étapes de l’Afghanistan, ravagé par la guerre, est formulée en des termes qui cachent plus qu’ils ne révèlent.  En cherchant à conclure un pacte faustien avec les talibans, Obama risque de répéter les erreurs politiques américaines qui érodent la sécurité régionale et internationale.

Depuis son arrivée au pouvoir, la stratégie d’Obama à propos de l’Afghanistan peut être résumée en trois mots : la montée en puissance (« surge »), la corruption et la fuite. Les opérations militaires sont aujourd’hui entrées dans la phase « fuite », ou pour employer une litote, dans la « transition vers 2014 ».

L’objectif principal est de conclure un accord avec les talibans de façon à ce que les Etats-Unis et leurs alliés de l’Otan puissent se retirer du « cimetières des empires » sans perdre la face. Cette approche – qui vise davantage à rapatrier les troupes au plus vite qu’à garantir la paix et la stabilité régionales – est présentée sous la forme d’une « réconciliation », avec le Qatar, l’Allemagne et la Grande-Bretagne jouant le rôle d’intermédiaires.

Mais l’élément le plus frappant de ces négociations est à quel point les Etats-Unis ont peu appris des leçons du passé. Sous bien des aspects, ils commencent à répéter leurs propres erreurs, que ce soit en créant ou en finançant de nouvelles milices locales en Afghanistan ou en cherchant à se concilier les talibans. À l’instar de la guerre secrète menée par les Etats-Unis en Afghanistan dans les années 1980 contre l’intervention militaire soviétique, la politique américaine à propos de la guerre ouverte actuelle est dominée par des intérêts à court terme.