German Tornado Formation Flight 2003 Ronny Stiffel/flickr

Cruelles vérités autour de la puissance douce européenne

LONDRES – À l’occasion du sommet de l’Union européenne sur la défense commune organisé en décembre dernier, le général britannique Nick Houghton a formulé une mise en garde sur le risque de voir les forces armées du Royaume-Uni prendre le chemin de la « disparition. » Une trop faible part d’un budget britannique de la défense déjà restreint serait alloué aux effectifs, a-t-il relevé, et une part excessive consacrée, pour de mauvaises raisons, à des équipements « sophistiqués. » « Il nous faut pour autant veiller avec soin à ce que le budget de la défense ne soit pas utilisé de manière disproportionnée en soutien de l’industrie britannique de la défense, » a-t-il expliqué.

Les inquiétudes de Houghton revêtent tout autant de pertinence, si ce n’est plus, sous l’angle de la sécurité européenne. Lorsqu’il s’agit d’utiliser le budget national de la défense pour faire avancer les objectifs de l’Europe en matière d’industrie, d’emploi ou de politique régionale, le Royaume-Uni n’apparaît en aucun cas comme le plus avare. Bien que les dirigeants européens aient déclaré au mois de décembre dernier que la défense avait « son importance, » celle-ci semble à l’évidence se situer bien en-dessous de leurs préoccupations économiques.

Or, le fait d’affirmer poursuivre une politique tout en appliquant dans les faits une démarche toute autre se révèle contraire à la démocratie, ainsi qu’à l’efficacité économique. Mais plus important encore, le manque de sérieux dont l’Europe fait preuve en matière de défense semble présupposer l’inexistence de toute menace militaire, et suggérer que la nécessité de projeter puissance et influence à l’international s’avérerait en quelque sorte indifférente, obsolète, voire désastreuse à notre époque moderne.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/Vl0SmxR/fr;
  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.