UK, London, Paddington, St Marys Hospital Universal Images Group via Getty Images

L'euro au bord du gouffre

NEW YORK – L'euro pourrait connaître une nouvelle crise. La troisième puissance économique de la zone euro, l'Italie, vient de choisir un gouvernement que l'on peut qualifier au mieux d'eurosceptique. Ce n'est pas étonnant, car c'est la répétition attendue du début d'un scénario déjà vu. Dans la longue histoire d'une monnaie commune mal conçue, la puissance dominante, l'Allemagne, bloque les réformes nécessaires et appelle à des mesures qui ne font qu'exacerber les problèmes en utilisant une rhétorique qui semble destinée à enflammer les passions.

L'Italie est en mauvaise posture économique depuis le lancement de l'euro. Son PIB réel (ajusté en fonction de l'inflation) stagne depuis 2001. Mais la zone euro elle-même n'a guère fait mieux. Ainsi entre 2008 et 2016 son PIB réel n'a augmenté que de 3% au total. En 2000, un an après l'introduction de l'euro, la taille de l'économie américaine ne dépassait que de 13% celle de la zone euro, or en 2016 elle la dépassait de 26%. Après le redressement de l'année dernière marqué par un taux de croissance de 2,4% - ce qui est insuffisant pour rattraper une décennie de ralentissement - l'économie de la zone euro donne à nouveau des signes d'essoufflement.

Si un pays a de mauvais résultats économiques, c'est de sa faute ; mais s'il n'est pas seul dans son cas, la responsabilité en incombe au système. Ainsi que je l'ai écrit dans mon livre,L'euro - Comment la monnaie unique menace l'avenir de l'Europe, l'euro semble avoir été conçu pour échouer. Du fait de son existence, les Etats-membres ont perdu les principaux mécanismes d'ajustement dont ils disposaient (le taux d'intérêt et le taux de change). Mais plutôt que de créer de nouvelles institutions pour aider les pays de la zone euro en cas de difficultés, l'UE a imposé de nouvelles structures (souvent basées sur des théories économiques et politiques fumeuses) concernant le déficit, la dette et même les mesures structurelles.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/H9vw0EH/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.