Le nouveau désordre international 

Si l'on considère les révolutions qui ont secoué l'Europe et le monde lors des 15 dernières années, on peut se réjouir de ce qu'elles ont apporté : la liberté, la démocratie et la fin de 40 ans de division du continent européen. Mais nous devons aussi considérer les occasions manquées avec la fin pacifique de la Guerre froide.

La fin de la Guerre froide est due à la révolution qui a eu lieu en URSS. Mais la politique de démocratisation que j'ai initiée avec la glasnot et la perestroïka au milieu des années 1980 n'est pas sortie du néant. Elle s'enracine dans les réformes lancées par Khrouchtchev dans les années 50 et 60 et celles de Kossiguine un peu plus tard.

Beaucoup de gens estiment maintenant que ces efforts de "modernisation" du système socialiste pour le mettre véritablement au service du peuple étaient condamnés dès le départ. Mais les réformes précédentes avaient été bien plus difficiles à entreprendre que celles que j'ai lancées dans les années 80 et 90. Si lors de ma présidence nous avons pu entretenir un climat démocratique, c'est parce que la peur n'était plus omniprésente.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/VfzQ5TZ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.