Skip to main content

gotmark1_Sen Li_Getty Images_hongkong Sen Li/Getty Images

La communauté internationale et l’ONU doivent limiter la croissance démographique

GÖTHBORG/LONDRES – Les 24 et 25 septembre, les dirigeants mondiaux se réuniront au siège des Nations Unies à New York pour discuter des avancées de l’Agenda 2030 de l’ONU, qui énonce 17 Objectifs de développement durable. Les ODD, qui visent à « éradiquer la pauvreté, préserver la planète, et garantir la prospérité pour tous », sont évidemment louables, et constituent la synthèse du monde auquel la plupart d’entre nous aspirent pour 2030. Mais s’ils veulent avoir une réelle chance de concrétiser cette vision, les États vont devoir y ajouter sans tarder un 18e objectif : « Limiter la croissance démographique ».

Les défis auxquels l’humanité est aujourd’hui confrontée résultent principalement de la surconsommation et de la surpopulation. Or, les dirigeants politiques échouent souvent à considérer ces deux facteurs ensemble, et négligent en particulier la question de la croissance démographique.

L’impact humain global sur l’environnement planétaire est le produit du volume de population et de la consommation moyenne par habitant. Le Groupe d’experts intergouvernemental de l’ONU sur l’évolution du climat explique que la croissance démographique et la croissance économique (consommation) constituent les deux principales causes du réchauffement climatique. C’est dans les pays développés que la consommation de ressources et les émissions de gaz à effet de serre par habitant sont les plus élevées, tandis que la croissance démographique rapide des pays en voie de développement participe à la disparition des forêts et de la biodiversité.

Lorsque les gouvernements ont adopté les ODD en 2015, nombre d’experts ont été surpris par un manque d’attention autour de la croissance de la population. Le démographe Joseph Chamie, ancien directeur de la division Population de l’ONU, s’est dit inquiet de voir l’ONU ignorer cette problématique. L’économiste de l’Université de Cambridge Partha Dasgupta et ses collaborateurs ont abondé dans le même sens, affirmant que cet oubli devait « constituer un point de préoccupation pour le public ». Plus récemment, le démographe Massimo Livi Bacci de l’Université de Florence a écrit « la démographie […] est devenue secondaire sur la voie du développement durable, en dépit des éléments qui prouvent son importance ».              

Entre 1960 et 2000, la population mondiale a doublé, passant de trois milliards à six milliards d’individus. Cette croissance a engendré une plus forte pollution des terres, lacs, rivières, océans, ainsi qu’une surpopulation urbaine et une demande plus élevée en terres agricoles et ressources en eau douce, qui a empiété sur les écosystèmes naturels. Malgré d’importantes avancées techniques dans le domaine agricole, les famines ont tué plusieurs millions de personnes au cours de ces quatre décennies. Au sein des pays en voie de développement, la croissance démographiques rapide a exposé davantage les populations pauvres aux risques de décès, de blessures et de maladies liés à la pollution, aux inondations, aux sécheresses, et autres catastrophes naturelles.

La Terre compte désormais 7,7 milliards d’individus. L’ONU s’attend à ce que ce chiffre passe à 11 milliards en 2100 (à supposer par ailleurs que la fertilité décline de façon régulière dans de nombreux pays qui ont tendance à résister à ce phénomène). Une croissance démographique de cette ampleur engendrerait encore plus de pollution, nécessiterait que soit multipliée par deux la production alimentaire mondiale dans des conditions difficiles (notamment un climat perturbé), et aboutirait à la souffrance d’un plus grand nombre d’individus face aux conflits et aux famines.

Subscribe now
ps subscription image no tote bag no discount

Subscribe now

Get unlimited access to OnPoint, the Big Picture, and the entire PS archive of more than 14,000 commentaries, plus our annual magazine, for less than $2 a week.

SUBSCRIBE

De nombreuses recherches utiles ont certes été menées autour de la manière dont le monde pourrait mieux accueillir plusieurs milliards d’individus supplémentaires, sur le plan de la pollution, de l’agriculture, de l’efficience énergétique, et du changement climatique. Ces recherches oublient pour autant de quantifier les bienfaits qui résulteraient d’une limitation de la croissance démographique – un oubli majeur.

Tandis que de nombreux chercheurs et décideurs politiques semblent considérer comme inévitable l’augmentation rapide de la population mondiale, les citoyens ordinaires ont conscience des problèmes et des risques sérieux liés à cette croissance. Dans un sondage de 2014 mené par la Global Challenges Foundation, une majorité des 9 000 répondants interrogés dans neuf pays (États-Unis, Brésil, Afrique du Sud, Allemagne, Pologne, Suède, Inde, Russie et Chine) affirmait considérer la croissance démographique comme une menace future réelle ou potentielle pour l’humanité. La même année, une étude du Pew Research Center rapportait que 82 % des scientifiques américains considéraient l’augmentation de la population mondiale comme un problème majeur, dans la mesure où « la nourriture et les ressources viendront à manquer ».

Or, il est possible d’éviter cette croissance démographique considérable au XXIe siècle. Le volume de population en 2100 peut être influencé dès aujourd’hui par le débat international, les programmes nationaux, et les choix individuels.

Un ODD supplémentaire, axé sur la limitation de la croissance démographique, pourrait plus précisément consister à promouvoir le financement d’un planning familial basé sur les droits et les choix volontaires. Cette approche a prouvé son efficacité, non seulement dans la réduction rapide du nombre de naissances, mais également dans l’émancipation des femmes et la dynamisation du progrès économique. Il ne s’agit pas de promouvoir des mesures coercitives de « contrôle démographique », mais davantage une sensibilisation autour du lien entre le nombre d’enfant dans la famille et la durabilité écologique, afin que les parents puissent prendre conscience des bienfaits attachés au fait d’avoir moins d’enfants.

La croissance démographique ne pourra évidemment pas être stoppée immédiatement, ni de manière réalisable d’ici 2030. Nous pouvons toutefois espérer d’ici là une tendance de pic puis de déclin démographique. Sont concernés non seulement les pays en voie de développement, où l’augmentation de la population constitue une menace pour la sécurité, mais également les pays riches, à l’empreinte écologique importante, où le déclin démographique et ses avantages ne sont pas envisagés en raison de craintes infondées autour du vieillissement de la population.

Bien que les droits reproductifs et le planning familial soient mentionnés dans l’ODD 3 (santé et bien-être) et l’ODD 5 (égalité des sexes), aucun des objectifs ne vise explicitement la limitation de la croissance démographique. En leur état actuel, les ODD sous-entendent l’absence de nécessité de freiner l’augmentation de la population mondiale, alors même que cette croissance entrave l’accomplissement de la plupart des objectifs.

Le risque est par conséquent important de voir le monde n’accomplir qu’une faible partie de l’Agenda 2030, en particulier dans les pays au sein desquels persiste un taux de natalité élevé. Nous ne devons pas renoncer pour autant. L’évolution des politiques et normes démographiques peut permettre de réduire les taux de natalité. Et en adoptant un nouvel ODD sur cette voie, le monde peut encore espérer concrétiser l’Agenda 2030.

Traduit de l’anglais par Martin Morel

Cet article de Frank Götmark et Robin Maynard a été cosigné par :

Damayanti Buchori, professeur, Bogor Agricultural University (IPB), Indonésie

Philip Cafaro, professeur, Colorado State University, États-Unis

Gerardo Ceballos, professeur, Instituto de Ecología, Mexique

Richard Cowling, professeur, Nelson Mandela University, Afrique du Sud

Edu Effiom, directrice adjointe de la Cross River State Forestry Commission, et présidente de l’Africa Chapter, Association of Tropical Biology & Conservation, Nigéria

Peter Matanle, maître de conférences, University of Sheffield, Royaume-Uni

Charles Ochieng, médecin en santé reproductive, Kenya

Jane O’Sullivan, chargée de recherche principale, University of Queensland, Australie

Luis F. Pacheco, professeur, Universidad Mayor de San Andrés, Bolivie

Aalok Ranjan Chaurasia, démographe, Shyam Institute, Inde

Alon Tal, professeur, Tel Aviv University, Israël

Lucia Tamburino, PhD et chercheuse postdoctorale, Italie et Suède

Luciano Martins Verdade, professeur adjoint, Universidade de São Paulo, Brésil

https://prosyn.org/0Fg0GuV/fr;
  1. reinhart39_ Sha HantingChina News ServiceVisual China Group via Getty Images_jerome powell Sha Hanting/China News Service/Visual China Group via Getty Images

    Jerome Powell’s Dilemma

    Carmen M. Reinhart & Vincent Reinhart

    There is a reason that the US Federal Reserve chair often has a haunted look. Probably to his deep and never-to-be-expressed frustration, the Fed is setting monetary policy in a way that increases the likelihood that President Donald Trump will be reelected next year.

    2
  2. mallochbrown10_ANDREW MILLIGANAFPGetty Images_boris johnson cow Andrew Milligan/AFP/Getty Images

    Brexit House of Cards

    Mark Malloch-Brown

    Following British Prime Minister Boris Johnson's suspension of Parliament, and an appeals court ruling declaring that act unlawful, the United Kingdom finds itself in a state of political frenzy. With rational decision-making having become all but impossible, any new political agreement that emerges is likely to be both temporary and deeply flawed.

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions