0

La Chine nouveau modèle

Les dirigeants chinois se sont réunis pour leur retraite annuelle dans la station balnéaire de Beidaihe. Ils se sont penchés, tout comme le reste du monde, sur la succession du président Jiang Zemin et de son premier ministre, Zhu Rongji. Quelle est cette Chine dont les successeurs de Jiang hériteront ? Kenichi Ohmae nous offre ici son analyse.

Dans les décennies à venir, la Chine va se développer en une entité de forme politique et économique entièrement nouvelle. Brutalement compétitive aussi bien en politique qu'en commerce international, novatrice et pleine de ressources, la Chine saura dominer bien plus encore que tout autre nation, mis à part les États-Unis.

Un tel changement dans l'équilibre mondial des pouvoir ne se produit qu'une fois par siècle et a une portée comparable à la naissance des États-Unis comme puissance mondiale près d'un siècle plus tôt. La magnitude de ce changement est due en partie à un changement radical et rapide dans le gouvernement de la Chine. Du fait de sa soudaineté, il serait tentant de débarrasser de ce changement comme s'il n'était dû qu'au hasard. Mais la restructuration chinoise est permanente et affectera tous les aspects de la vie nationale ainsi que sa position mondiale.

La République populaire incarne maintenant deux systèmes : le gouvernement communiste, centralisé, autocratique, dominé par une idéologie dépassée et ses intérêts militaires, et un régime économique de marché décentralisé. Délibérément ou pas, la Chine se réorganise pour équilibrer l'autorité centrale et le bien public à l'aide de droits décentralisés, de la même façon que les entreprises habiles équilibrent le pouvoir du siège social par le contrôle des filiales. Cela crée un modèle géopolitique entièrement nouveau : la nation vue comme une entreprise.