Skip to main content
nsofor1_CRISTINAALDEHUELAAFPGettyImages_nursepreparingmalariavaccine Cristina Aldehuela/AFP/Getty Images

Maximiser les retombées du vaccin contre le paludisme

ABUJA – Un nouveau vaccin contre le paludisme est en phase pilote en Afrique subsaharienne, où 90 % des cas de paludisme sont signalés, pourrait complètement changer la donne en santé mondiale. Mais, si l’on veut pouvoir réaliser le potentiel de ce nouveau vaccin, les ministères de la santé devront apporter des changements importants dans leurs méthodes.

Chaque année, le paludisme tue un million de personnes mondialement, la majorité des enfants de cinq ans. Les coûts économiques de cette maladie en Afrique — les frais de traitement, l’absentéisme au travail, l’abandon des études, la baisse de productivité et les pertes d’investissement et de recettes du tourisme — pourraient atteindre 12 milliards $ annuellement.

Le nouveau vaccin RTS,S/AS01 (RTS,S) mis au point par GlaxoSmithKline pendant 32 ans à un coût supérieur à 700 millions $, pourrait vraiment contribuer à changer cet état de fait. Dans des essais cliniques effectués sur des enfants de 5 à 17 mois qui ont reçu quatre doses, le vaccin a empêché environ quatre cas sur dix (39 %) de paludisme sur quatre années de suivi et environ trois cas sur dix (29 %) de paludisme aigu, avec une baisse importante des admissions à l’hôpital. Le recours aux transfusions sanguines dans les cas aigus a diminué de 29 %.

Le premier vaccin a démontré qu’il assure une protection partielle contre le paludisme des enfants en bas âge, le RTS,S est maintenant distribué par des programmes d’immunisation réguliers dans des régions choisies au Ghana, au Kenya et au Malawi. Mais même si 360 000 enfants devraient recevoir le RTS,S chaque année, ces programmes – et les réseaux de santé dans lesquels ils s’inscrivent – comportent de grandes faiblesses.

Une lacune réside dans la conservation et la distribution de vaccins. L’efficacité d’une dose de vaccin dépend de sa conservation dans une « chaîne de froid » bien rodée — un réseau de stockage et de transport de vaccins aux températures recommandées — du point de fabrication au point d’administration. Pour accomplir les objectifs de vaccination des enfants, les chaînes de froid aboutissant aux populations d’enfants dans toutes les régions — y compris les régions éloignées — doivent être préservées et là où il le faut, renforcées.

Ceci doit se traduire par un investissement dans du matériel fiable pour la conservation et le transport du vaccin, son entretien adéquat, des gestionnaires pour la distribution du vaccin et les contrôles effectifs de l’ensemble du réseau. Il faudra également investir dans les infrastructures (comme les réseaux routiers) et, là où les conflits et l’insécurité en font monter les coûts, trouver de nouveaux moyens de distribution.

Subscribe now
ps subscription image no tote bag no discount

Subscribe now

Get unlimited access to OnPoint, the Big Picture, and the entire PS archive of more than 14,000 commentaries, plus our annual magazine, for less than $2 a week.

SUBSCRIBE

Zipline, une entreprise de technologie du Rwanda, fait œuvre de pionnier dans l’utilisation de drones pour acheminer les transfusions sanguines et les vaccins, qui a donné jusqu’ici un accès à 13 millions de personnes à des traitements urgents, a récemment étendu ses services d’expédition par drone au Ghana. Une autre solution basée sur les technologies qu’il faudrait étudier serait l’utilisation de téléphones portables pour la gestion des stocks afin d’éviter les ruptures dans les réserves de vaccin des établissements de soins de base.

Or, un autre impératif pour les pays d’Asie et d’Afrique serait de réduire leur dépendance sur Gavi, l’Alliance du vaccin, pour le financement des programmes de vaccination. Depuis 2001, Gavi a dû décaisser 893 millions $ au Pakistan, 565 millions $ au Nigeria et 222 millions $ en Afghanistan, pour ne citer que trois exemples.

Plutôt que de continuer à dépendre des donateurs de l’étranger — et de courir le risque d’essuyer les conséquences de la lassitude des donateurs — ces pays doivent reprendre la gestion de leurs programmes de vaccination. Le lancement de l’assurance médicale universelle financée publiquement serait une bonne façon d’y arriver.

Dans l’état actuel des choses, des millions de personnes en Asie et en Afrique n’ont pas accès à des soins médicaux de qualité, abordables et fiables. Beaucoup doivent se passer d’interventions médicales pouvant leur sauver la vie, tout simplement parce qu’ils ne peuvent se payer les frais médicaux astronomiques.

Dans le cadre des Objectifs de développement durable des Nations unies, ces pays devraient s’employer à changer cet état de fait, en assurant une couverture médicale universelle comprenant la protection contre les risques financiers et l’accès à des soins essentiels, à des médicaments et à des vaccins. Au lieu d’entretenir des programmes verticaux de santé qui ciblent des maladies en particulier, les partenaires internationaux devraient appuyer ce processus dans les pays où il fonctionne.

Évidemment, même si ces pays réalisent tous ces impératifs, l’efficacité du vaccin RTS,S n’est que partielle. D’autres mesures éprouvées pour prévenir le paludisme — comme des moustiquaires imprégnées d’insecticide, des thérapies préventives intermittentes pour les femmes enceintes, des installations sanitaires adéquates et l’application d’insecticides à effet rémanent — doivent être maintenues et rehaussées. Par exemple, les moustiquaires imprégnées d’insecticide qui sont distribuées pour la protection contre le paludisme sont souvent converties en filets de pêche au Kenya, en rideaux à Madagascar et en protection des semis au Nigeria.

L’immunisation est l’une des mesures d’intervention les plus efficaces sur le plan des coûts en santé publique. Le vaccin RTS,S n’est pas différent, surtout parce qu’il peut être déployé par des programmes existants d’immunisation. Mais la distribution des vaccins demeure problématique dans certaines régions. Si les instances ne parviennent pas à relever ces défis, des millions d’autres enfants pourraient ne pas atteindre leur cinquième anniversaire.

Traduit de l’anglais par Pierre Castegnier

Help make our reporting on global health and development issues stronger by answering a short survey.

Take Survey

https://prosyn.org/eOaphsa/fr;
  1. benami154_Yousef MasoudSOPA ImagesLightRocket via Getty Images_palestine Yousef Masoud/SOPA IMAGES/LightRocket via Getty Images

    Forgetting Palestine

    Shlomo Ben-Ami

    The two-state solution is virtually dead in the water, and the international community has largely abandoned the Palestinian cause. At this point, there is little to stop Israel from cementing the one-state reality that its right-wing government has long sought, regardless of whether that leads to a permanent civil war.

  2. sachs313_SebastionBozonAFPGettyImages_EUflagtrump Sebastion Bozon/AFP/Getty Images

    Europe Must Oppose Trump

    Jeffrey D. Sachs

    European leaders should recognize that a significant majority of Americans reject Trump’s malignant narcissism. By opposing Trump and defending the international rule of law, Europeans and Americans together can strengthen world peace and transatlantic amity for generations to come.

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions