Muslim ban protest Zach Gibson/Stringer

Le nouvel antisémitisme

NEW YORK – Ceux qui nous disent que l’islam, et non seulement l’islam révolutionnaire, est une menace de mort pour la civilisation occidentale doivent aujourd’hui se sentir satisfaits : le président des États-Unis et ses principaux conseillers sont d’accord avec eux. Selon les mots d’un tweet du général Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump : « La peur des musulmans est rationnelle. » Stephen Bannon, ancien directeur du site de la « droite alternative » Breitbart News, responsable de la stratégie et membre du Conseil de sécurité national l’affirme : l’Occident « judéo-chrétien » est engagé dans un guerre mondiale contre l’Islam.

Trump promet de faire passer « l’Amérique d’abord », empruntant son slogan aux isolationnistes américains des années trente, dont le plus célèbre porte-parole, l’aviateur Charles Lindbergh, fut un antisémite notoire, accusant les juifs et les électeurs de gauche de pousser les États-Unis à la guerre contre Hitler, qu’il admirait. « Nous n’aurons la paix et la sécurité qu’aussi longtemps […] que nous nous préserverons de l’attaque des armées étrangères et de la dilution dans des races étrangères » : ainsi parlait Lindbergh.

Le racisme est donc dans l’ADN de « l’Amérique d’abord ». La perception de l’islam qui s’est aujourd’hui installée à la Maison-Blanche a-t-elle des traits communs avec l’antisémitisme des années trente ? Bannon, Flynn et Trump ne font-ils qu’actualiser des préjugés du passé, en remplaçant un groupe sémite par un autre ?

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/QMEOJIX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.