0

Nouvelles alliances pour un nouveau siècle

En 1970, je me suis rendu en Égypte avec une délégation représentant les États-unis aux funérailles du président Gamal Abdel Nasser. A cette époque, l’Égypte s’alignait de près sur les positions de l’Union soviétique. Quand nous sommes arrivés au Caire, il semblait qu’où que l’on regarde on pouvait constater la présence soviétique par la présence de chars, de missiles et de troupes soviétiques.

Durant ma visite, nous devions rencontrer Anouar Sadate. Dans notre délégation, personne ne savait à quoi s’attendre, étant donné les relations difficiles entre nos deux pays à l’époque. A notre grande surprise, M. Sadate nous a appris que lui respectait les États-unis La raison ? Alors qu’il était jeune officier, il avait visité notre pays et en avait tiré une excellente expérience.

Dans les deux années qui suivirent sa prise de pouvoir, M. Sadate expulsa en effet les soviétiques d’Égypte et commença à construire une amitié avec les États-unis qui, en dépit de toutes les difficultés et différences épisodiques rencontrées, s’est révélée depuis importante et précieuse.

Si je mentionne l’importance de ces relations militaires, c’est parce que les États-unis subissent, en ce nouveau siècle, une transformation significative de ses positions et partenariats militaires partout dans le monde : les ajustements nécessaires, et les menaces, sont basés sur de nouvelles réalités qui ont émergé depuis la fin de la Guerre froide.