0

Le pouvoir des réseaux

CAMBRIDGE – Etant donné notre environnement (téléphones portables, ordinateurs et sites Internet tels que MySpace, Facebook et LinkedIn), dire que nous vivons dans un monde de réseaux est un lieu commun. Ces réseaux divers offrent de nouvelles formes de pouvoir, toutes différentes dans leur exercice. Barack Obama l’a compris�; c’est en effet ce qui l’a aidé à asseoir sa victoire.

Obama n’était pas le premier homme politique américain à utiliser Internet. Il a cependant été le plus efficace à exploiter cette nouvelle technologie pour récolter des fonds de petits donneurs, stimuler et coordonner des volontaires et s’adresser directement aux électeurs. La question qui se pose désormais à lui est de savoir comment gouverner avec ces réseaux.

Les réseaux revêtent un aspect et une taille des plus variés. Certains permettent d’établir des liens solides, d’autres des liens faibles. Songez à la différence entre vos amis et vos connaissances. Il est nettement plus probable que vos partagerez de précieuses informations avec vos amis qu’avec vos connaissances. Mais les liens faibles sont plus étendus et fournissent des informations inédites, novatrices et non redondantes.

Une loyauté puissante se dégage des réseaux aux liens solides. Mais ces derniers peuvent se transformer en clans ne cessant de faire circuler des opinions conventionnelles et pouvant succomber à la pensée de groupe. Voilà pourquoi la diversité du cabinet d’Obama est si importante. Sa volonté de rassembler une équipe d’amis et de rivaux lui a valu d’être comparé à Abraham Lincoln.