wallstreet Bloomberg | Getty Images

Les banques centrales se trompent de modèle économique

NEW YORK – J'écrivais début janvier que la situation économique n'allait sans doute pas s'améliorer par rapport à l'année dernière, la pire depuis la crise financière qui a éclaté en 2008. Et comme cela se produit à de multiples reprises depuis 10 ans, une fois l'année entamée, les prévisions optimistes sont révisées à la baisse.

Le problème sous-jacent est l'insuffisance de la demande agrégée mondiale qui affecte l'économie mondiale depuis le début de la crise. Cette insuffisance s'étant légèrement aggravée,  la Banque centrale européenne (BCE) vient de renforcer sa politique de stimulation économique. Elle rejoint ainsi la Banque du Japon et quelques autres banques centrales en appliquant des taux d'intérêt négatifs, et fait la démonstration que le taux zéro ne constitue une limite que dans l'imagination des économistes classiques.

Et pourtant, nulle part l'application de taux d'intérêt négatifs - mesure non orthodoxe s'il en est - n'a véritablement favorisé la croissance ou l'emploi. Parfois le résultat a été inattendu : le taux de  certains crédits a augmenté.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/2PkFotb/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.