Les immigrés : nécessaires, mais pas bienvenus

NEW YORK – Baruch Spinoza, le philosophe hollandais du XVIIe siècle, Benjamin Disraeli, le Premier ministre britannique du XIX e siècle, et Nicolas Sarkozy, le président français du XXI e siècle, ont tous un point commun : ce sont des enfants d’immigrés. Les individus ont migré vers d’autres pays depuis des milliers d’années – pour échapper à leur situation, pour faire fortune, pour être libre, ou juste pour commencer une nouvelle vie. Ils ont souvent enrichi leur patrie d’adoption en réalisant de grandes choses, ou en ayant des enfants qui les réalisèrent.

Les nouvelles vagues d’immigration sont rarement, ou jamais, appréciées, mais elles sont souvent nécessaires. Au cours du dernier demi siècle, des vagues successives d’immigrés en provenance d’Afrique du Nord et de Turquie se sont installées dans les pays d’Europe de l’Ouest, non en raison de la générosité occidentale, mais parce qu’ils ont occupé des emplois dans les autochtones ne voulaient plus. Ils furent toutefois considérés comme des travailleurs temporairement présents, et pas comme des immigrés.

L’idée était qu’une fois leur travail effectué, les immigrés rentraient chez eux. Lorsqu’il devint clair que la plupart préféraient rester, et qu’ils furent rejoints par leur famille, souvent nombreuse, la nationalité de leur pays d’accueil leur fut accordée, la plupart du temps avec réticence, mais sans qu’ils soient pour autant traités comme de véritables citoyens.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/GDUKnnp/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.