Rudd, May and Boris Daniel Leal-Olivas/Stringer

La nouvelle xénophobie

OXFORD – Les pays démocratiques occidentaux perdent de plus en plus leur assise. Du basculement vers l'autoritarisme en Pologne et en Hongrie au vote en faveur du Brexit au Royaume-Uni et à la victoire de Ronald Trump aux USA, une forme particulièrement dangereuse de populisme infecte différents pays.

L'attraction qu'exerce le populisme est claire. Confrontée à des salaires qui stagnent et à une baisse de la qualité de la vie, une grande partie de la population se sent frustrée – d'autant plus que les dirigeants affirment que la situation s'améliore. C'est alors qu'apparaissent les populistes qui promettent de renverser le cours des choses, de défendre les intérêts du "peuple" (en réalité seulement certains d'entre eux) et proposent quelque chose d'apparemment plus séduisant que les solutions réalistes : des boucs émissaires.

En tête de liste se trouvent les "élites" – les partis politiques bien établis et les leaders du monde des affaires. Plutôt que de protéger le "peuple" contre les pressions économiques et l'insécurité, selon les populistes, ces "élites" prospèrent sur la souffrance du peuple. En encourageant la mondialisation – en imposant de grès ou de force toujours plus d'ouverture au peuple – elles ont accumulé énormément de richesses qu'elles protègent par l'optimisation fiscale, les délocalisations et par d'autres moyens.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/WZleWH4/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.