Nationalistes and Mondialistes

WASHINGTON, DC – L’élection néerlandaise a été la première bonne nouvelle depuis longtemps pour les personnes en Europe et aux États-Unis qui sont profondément inquiètes du fait que la réaction contre la mondialisation pourrait apporter encore plus de partis nationalistes, blancs et « judéo-chrétiens » au pouvoir. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a battu candidat anti-Islam Geert Wilders, qui avait appelé à la fermeture des frontières néerlandaises, la fermeture des mosquées et l'interdiction du Coran.

L’adjectif habituel pour décrire les forces politiques allant du Fidesz parti de Viktor Orbán en Hongrie au Front National de Marine Le Pen en France en passant par les partisans de Donald Trump aux États-Unis est celui de « populiste ». Le populisme signifie une politique pour la population, par opposition à une politique pour les élites. Or, aux États-Unis au moins, l'idéologie de Trump – qui n'a rien à voir avec le conservatisme républicain traditionnel – positionne la ligne de division non pas entre la multitude et la minorité, mais entre nationalistes et mondialistes.

Dans le premier numéro de American Affairs, une nouvelle revue conservatrice dédiée à « l’exploration du véritable contenu de notre citoyenneté commune », le Professeur de l’Université de Georgetown Joshua Mitchell écrit que « pour plusieurs générations de conservateurs, l'ennemi intérieur a été le progressisme. Aujourd’hui, ils imaginent qu'ils font face à un nouveau problème: le populisme. »

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/9WAJaTR/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.