Globe facing Iran and Asia

Dangereuses nostalgies européennes

MADRID – L’Union européenne souffre d’un accès de nostalgie. Non seulement le regret du « bon vieux temps » – avant que l’UE n’empiète, soi-disant, sur les souverainetés nationales – nourrit la montée des partis politiques nationalistes, mais les dirigeants eux-mêmes s’obstinent à administrer des remèdes d’hier pour résoudre des maux d’aujourd’hui.

Tout le monde était censé bénéficier de l’intégration européenne. Lorsqu’un nouveau venu rejoignait l’Union, il recevait une aide financière, tandis que les membres existants obtenaient l’accès à un nouveau marché. Les avantages, pensait-on, étaient tangibles, tant du point de vue macro-économique que de celui du citoyen.

Mais la réalité apparaît moins nette. À la suite de la crise financière de 2008, les économies les plus fragiles de l’UE se sont trouvées confrontées à l’augmentation vertigineuse du chômage, notamment chez les jeunes, tandis que les économies les plus solides étaient sommées de « témoigner leur solidarité » en renflouant les pays en déroute. Lorsque les premières eurent accepté ces sauvetages, ils les assortirent d’exigences d’austérité qui ralentirent la reprise économique dans les pays bénéficiaires. Bien peu furent satisfaits et beaucoup blâmèrent l’intégration européenne.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/O7tnkAx/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.