French flag

Front National : cet autre « territoire perdu de la République »

PARIS – On nous avait annoncé cinq régions, parfois six, tombant dans l’escarcelle du Front National. Eh bien le peuple français s’est ressaisi. Il a repris le chemin des bureaux de vote. Et le résultat est que ce parti xénophobe, raciste, hostile à ce qui fait le génie et la grandeur de la France, a été mis en échec partout où il semblait l’emporter. D’aucuns s’étonneront de ce drôle de pays qui n’est jamais si grand qu’au bord du précipice. Ils s’inquiéteront – et ils auront raison - qu’il faille cet état d’extrême péril, presque de patrie en danger, pour que nos concitoyens retrouvent les justes réflexes et le chemin de la raison. Et l’on pourra regretter que nous ne soyons pas l’un de ces peuples normaux, ordinaires, prosaïques, qui savent être eux-mêmes en régime et vitesse de croisière et n’ont pas besoin pour cela de sentir le vent du boulet. Mais le fait est là. Et l’on ne va pas bouder son bonheur d’avoir vu se décomposer – ou, ce qui revient au même, renouer avec les accents de haine et de rage canaille qui sont, probablement, leur vraie voix – ces gredins qui s’y croyaient. Victoire de la république. Triomphe de la résistance citoyenne. La France a voté en masse – et elle s’est rassemblée pour dire qu’elle ne voulait pas voir le gang des Le Pen faire main basse sur nos régions. C’est la première leçon de dimanche et elle est réconfortante.

Que s’est-il passé ? Et qu’est-ce qui fait, concrètement, que le pays s’est repris ? Ce n’est évidemment pas tel ou tel « résultat » venant répondre, en huit jours, au « malaise » des Français. Ni je ne sais quelle promesse apportant une « réponse » aux « bonnes questions » posées par les électeurs frontistes. Non. C’est un sursaut moral qui s’est produit. Un acte de légitime défense du corps social et politique. Et s’est imposée cette idée simple, très simple et répétée, pendant l’entre-deux tours, par tout ce qui reste d’autorités morales et politiques dans l’hexagone : le Front National peut opérer tous les ravalements de façade qu’il veut – il n’a jamais été, et il n’est toujours pas, un parti comme les autres... Depuis le temps que l’on nous dit que la « stigmatisation » ne « marche » pas et renforce ceux qu’elle prétend affaiblir ! C’était faux il y a vingt ans - et l’on ne répétera jamais assez que c’est quand gauche et droite morales étaient fortes, quand des associations telle SOS Racisme (eh oui !) traçaient de nettes et claires lignes de démarcation, que le Front National était contenu et que c’est quand les lignes se sont brouillées, quand les digues se sont effondrées et quand les sentinelles antiracistes se sont laissées intimider ou ont baissé les bras, qu’il a, au contraire, pris ses aises. Eh bien c’est la même chose aujourd'hui – et nous devons cette divine surprise à l’envers, non à la complaisance des grands partis qui auraient, comme on nous le serine jusqu’à la nausée, « entendu le message » que leur adressaient les électeurs « en colère », mais au fait qu’un nombre suffisant d’électeurs a, lui, fini par entendre qu’il y a dans cette colère même, dans les mots qu’elle s’est choisis et dans les porte-parole qu’elle s’est donné quelque chose qui met en danger la République, tourne le dos à la démocratie et trahit les valeurs de la patrie. C’est le deuxième enseignement.

Après, que se passera-t-il demain ? Et comment empêcher que la vague, qui vient de refluer, ne se lève à nouveau, ne reprenne son élan et ne déferle de plus belle lors des prochaines présidentielles ? Il y faudra de meilleurs « chiffres du chômage », sans doute. Plus de « croissance », c’est certain. Il y faudra des « efforts » et des « gestes » en direction de ce tiers des jeunes de moins de trente ans, et de cette quasi moitié des ouvriers et employés, qui auraient fait entendre leur « exaspération » et leur « angoisse », admettons. Mais rien de tout cela ne remplacera l’apparition de femmes et d’hommes prenant de la hauteur et rendant à la parole publique son crédit perdu. Aucune stratégie ne fonctionnera si elle continue d’être portée par des médiocres courant les plateaux de télévision pour, dans une comédie politique aussi déshonorante que vaine, promettre, main sur le cœur, que le fameux « message » a été reçu « 5 sur 5 ». Et la clef, qu’on le veuille ou non, sera donc de dire très haut, non seulement aux cadres, mais aux électeurs du FN qu’il n’y a pas de réponse à la question qu’ils sont tentés de poser. Il y a eu d’autres périodes, dans l’histoire politique de la France, où des pans entiers de l’électorat se sont ainsi mis hors-jeu et où l’on n’est pas allé, pour autant, mendier leur retour dans le giron commun. Je ne sache pas que les Clémenceau, Jaurès et autres Poincaré du début du XX° siècle aient négocié les voix de la quasi moitié du pays qui s’était mise, avec l’Affaire Dreyfus, au ban de la République. Ni que le général de Gaulle ait eu le moindre état d’âme pour faire savoir aux partisans de l’Algérie française qu’il ne les avait, tout compte fait, pas compris. Ni que Pierre Mendès France ait eu tant de scrupules que cela pour dire aux communistes qu’il ne voulait pas de leurs voix. D’une certaine façon, nous en sommes là. Et il faudra, pour aller à la reconquête de ces autres territoires perdus de la république que sont les territoires FN, un courage politique dont on voit, pour l’heure, peu d’exemples.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/DbpVOKu/fr;
  1. Television sets showing a news report on Xi Jinping's speech Anthony Wallace/Getty Images

    Empowering China’s New Miracle Workers

    China’s success in the next five years will depend largely on how well the government manages the tensions underlying its complex agenda. In particular, China’s leaders will need to balance a muscular Communist Party, setting standards and protecting the public interest, with an empowered market, driving the economy into the future.

  2. United States Supreme Court Hisham Ibrahim/Getty Images

    The Sovereignty that Really Matters

    The preference of some countries to isolate themselves within their borders is anachronistic and self-defeating, but it would be a serious mistake for others, fearing contagion, to respond by imposing strict isolation. Even in states that have succumbed to reductionist discourses, much of the population has not.

  3.  The price of Euro and US dollars Daniel Leal Olivas/Getty Images

    Resurrecting Creditor Adjustment

    When the Bretton Woods Agreement was hashed out in 1944, it was agreed that countries with current-account deficits should be able to limit temporarily purchases of goods from countries running surpluses. In the ensuing 73 years, the so-called "scarce-currency clause" has been largely forgotten; but it may be time to bring it back.

  4. Leaders of the Russian Revolution in Red Square Keystone France/Getty Images

    Trump’s Republican Collaborators

    Republican leaders have a choice: they can either continue to collaborate with President Donald Trump, thereby courting disaster, or they can renounce him, finally putting their country’s democracy ahead of loyalty to their party tribe. They are hardly the first politicians to face such a decision.

  5. Angela Merkel, Theresa May and Emmanuel Macron John Thys/Getty Images

    How Money Could Unblock the Brexit Talks

    With talks on the UK's withdrawal from the EU stalled, negotiators should shift to the temporary “transition” Prime Minister Theresa May officially requested last month. Above all, the negotiators should focus immediately on the British budget contributions that will be required to make an orderly transition possible.

  6. Ksenia Sobchak Mladlen Antonov/Getty Images

    Is Vladimir Putin Losing His Grip?

    In recent decades, as President Vladimir Putin has entrenched his authority, Russia has seemed to be moving backward socially and economically. But while the Kremlin knows that it must reverse this trajectory, genuine reform would be incompatible with the kleptocratic character of Putin’s regime.

  7. Right-wing parties hold conference Thomas Lohnes/Getty Images

    Rage Against the Elites

    • With the advantage of hindsight, four recent books bring to bear diverse perspectives on the West’s current populist moment. 
    • Taken together, they help us to understand what that moment is and how it arrived, while reminding us that history is contingent, not inevitable


    Global Bookmark

    Distinguished thinkers review the world’s most important new books on politics, economics, and international affairs.

  8. Treasury Secretary Steven Mnuchin Bill Clark/Getty Images

    Don’t Bank on Bankruptcy for Banks

    As a part of their efforts to roll back the 2010 Dodd-Frank Act, congressional Republicans have approved a measure that would have courts, rather than regulators, oversee megabank bankruptcies. It is now up to the Trump administration to decide if it wants to set the stage for a repeat of the Lehman Brothers collapse in 2008.