Dean Rohrer

Justice pour les tomates

NEW YORK – Votre dernier hamburger acheté au fastfood ne vous a sûrement presque rien coûté. Mais que coûte la tranche de tomate sur ce hamburger à l'employé qui l'a faite venir jusqu'ici ? Presque partout dans le monde - y compris aux Etats-Unis - ce coût peut être extrêmement élevé.

Les salaires déplorables ne sont qu'un début. En Floride les cueilleurs de tomates gagnent en moyenne seulement 0,50 dollar pour chaque seau de 32 livres (14,5 kg). Un employé qui cueille toute la journée (un travail éreintant qui commence avant l'aube) a la chance de gagner 10 500 dollars par an, ce qui le place en-deçà du seuil de pauvreté.

Viennent ensuite les inquiétantes violations des droits de l'homme. Au Mexique, les autorités ont dernièrement libéré près de 300 personnes, dont 39 adolescents « détenus dans des conditions d'esclavage dans un camp où les tomates sont triées et emballées pour l'exportation. » Les autorités fédérales américaines ont appelé les champs de tomates de Floride « l'épicentre de l'esclavage moderne. » Les abus constatés sur les employés agricoles par les intérêts agroalimentaires sont sévères et systématiques.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

Log in

http://prosyn.org/4BXaZeK/fr;