Homophobie et tyrannie

NEW YORK – Le président ougandais Yoweri Museveni vient de promulguer une nouvelle loi infligeant des condamnations plus sévères pour les actes homosexuels, y compris la prison à vie dans certaines circonstances. Une loi nigériane a par ailleur pris effet en janvier pour punir de 14 ans d’emprisonnement les actes homosexuels dans ce pays.

Cette nouvelle vague de législation anti-gay au Nigeria et en Ouganda (selon Amnesty International, l’homosexualité est illégale dans 38 des 54 pays africains) vient à la suite d’une récente tendance officielle répressive contre l’homosexualité partout dans le monde. L’année dernière, la Russie a promulgué une loi bannissant toute « propagande gay. » Et en janvier, le parlement indien a refusé d’envisager l’abolition d’une loi de 1861 promulguée sous le régime colonial britannique qui punissait de 10 ans de prisons les actes homosexuels. L’Egypte connaît aussi une sévère répression contre les homosexuels.

Comment expliquer ce dérapage de mesures répressives ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/HjStWAE/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.