L'Amérique de la finance et ses enfants délaissés

WASHINGTON, DC – Cette semaine, le Congrès américain a de nouveau échoué à approuver une modeste dotation qui aurait renforcé le financement du Fonds Monétaire International et donné à la Chine et à d'autres économies émergentes une plus grande responsabilité. Une aide en faveur du FMI peut sembler ésotérique, mais elle a des implications importantes dans le rôle mondial des États-Unis et certains signes ne sont pas bons.

En effet, s'il y avait bien un moment propice pour l'approbation par le Congrès de l'ensemble de la réforme du FMI, c'était bien celui-là : la mesure aurait considérablement augmenté la capacité du FMI à soutenir l'Ukraine, un objectif clé pour les États-Unis, à un coût beaucoup plus faible que l'alternative d'une garantie de crédit bilatérale des États-Unis.

La mesure qui a échoué impliquait seulement un transfert des engagements américains précédents depuis un compte supplémentaire vers la source de financement de base du FMI, à un coût pratiquement nul pour les contribuables. L'approbation du Congrès était censée mettre en place un accord conclu au Sommet de Séoul du G-20 en 2010, de doubler la capacité de prêt du Fonds.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/s4tvFyi/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.