Mon plan pour lâcher la bombe

NEW YORK – La destruction de Hiroshima et de Nagasaki en 1945 est à la fois une fin et un commencement. Après la seconde guerre mondiale, la guerre froide soutint une paix précaire reposant sur la menace de l’éventualité d’une destruction mutuelle.

Le monde se retrouve aujourd’hui à un nouveau tournant de son histoire. La conviction qui prévalait selon laquelle les armes nucléaires seraient indispensables au maintien de la paix tend à s’effriter. Le désarmement est à nouveau réinscrit à l’agenda international - il était temps. Un ensemble de nouvelles initiatives internationales devraient permettre de faire avancer cet agenda.

La fin de la guerre froide, dont on fêtera le vingtième anniversaire cet automne, devait assurer la paix. Mais nous sommes toujours confrontés à de sérieuses menaces nucléaires. D’une part, il persiste encore aujourd’hui plus de 20 000 armes nucléaires en circulation et la contagieuse doctrine de la persuasion nucléaire fait encore des émules. A cela s’ajoutent les essais nucléaires, plus d’une douzaine depuis 20 ans, et ceux sur les missiles à longue portée. Enfin des inquiétudes subsistent quand à l’obstination de certains pays, et de terroristes, à s’approprier la bombe.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/5i4uRMK/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.