Le retour de Musharraf ?

LAHORE – L’ancien président pakistanais Pervez Musharraf a décidé de faire son retour dans la vie politique pakistanaise, même si pas tout à fait au Pakistan. Il a annoncé sa décision au National Liberal Club de Londres, une institution fondée au XIXème siècle par William Gladstone et d’autres inconditionnels de la tradition parlementaire britannique.

Le choix de ce lieu était bien sûr emprunt d’ironie. Musharraf n’a pas véritablement soutenu la tradition gladstonienne durant ses presque neuf années au pouvoir, d’octobre 1999 à août 2008. Il l’a d’ailleurs admis dans son discours prononcé à l’occasion du lancement de son parti politique, la Ligue Musulmane du Tout Pakistan, à une distance raisonnable de quelques milliers de kilomètres d’un Pakistan toujours plus agité.

Musharraf ne s’est pas attardé sur ses « erreurs » ; la référence était évidente : sa décision impulsive en mars 2007 de démettre de ses fonctions le président de la Cour Suprême Iftikhar Chaudhry. Ce juge avait refusé d’être aux ordres du président et des militaires sur d’importantes décisions d’ordre constitutionnel, y compris la propre éligibilité de Musharraf à la présidence alors qu’il portait encore l’uniforme.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/fVy0p3t/fr;