Le retour de Musharraf ?

LAHORE – L’ancien président pakistanais Pervez Musharraf a décidé de faire son retour dans la vie politique pakistanaise, même si pas tout à fait au Pakistan. Il a annoncé sa décision au National Liberal Club de Londres, une institution fondée au XIXème siècle par William Gladstone et d’autres inconditionnels de la tradition parlementaire britannique.

Le choix de ce lieu était bien sûr emprunt d’ironie. Musharraf n’a pas véritablement soutenu la tradition gladstonienne durant ses presque neuf années au pouvoir, d’octobre 1999 à août 2008. Il l’a d’ailleurs admis dans son discours prononcé à l’occasion du lancement de son parti politique, la Ligue Musulmane du Tout Pakistan, à une distance raisonnable de quelques milliers de kilomètres d’un Pakistan toujours plus agité.

Musharraf ne s’est pas attardé sur ses « erreurs » ; la référence était évidente : sa décision impulsive en mars 2007 de démettre de ses fonctions le président de la Cour Suprême Iftikhar Chaudhry. Ce juge avait refusé d’être aux ordres du président et des militaires sur d’importantes décisions d’ordre constitutionnel, y compris la propre éligibilité de Musharraf à la présidence alors qu’il portait encore l’uniforme.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/fVy0p3t/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.