9

De la Terreur au contre-terrorisme en Afrique du Nord

FEZ – Au cours des derniers mois, une tendance encourageante a commencé à se manifester en Afrique du Nord: le nombre de djihadistes recrutés pour Daesh (l'acronyme arabe péjoratif  pour le "Etat islamique"), en particulier en provenance du Maroc, a commencé à diminuer, en raison principalement de la mise en œuvre de mesures de sécurité rigoureuses. Cependant, si la menace terroriste doit être entièrement éliminée, beaucoup plus de travail reste à faire.

La tendance à la baisse récente fait suite à un pic alarmant dans le recrutement par Daesh dans la région. En Juin 2014, au moins 1.193 Marocains auraient rejoint les combats en Syrie et en Irak, selon le Directeur général des Etudes et de la Documentation (DGED), M. Mohamed Yassine El Mansouri. Un rapport des Nations Unies, publié en avril 2015 par le Comité de lutte contre le terrorisme, a révélé que les Marocains et les Tunisiens constituent le plus gros contingent de combattants étrangers en Irak et en Syrie.

Un élément clé de l'appel de Daesh est économique. Un djihadiste gagne, en moyenne 1 400 $ par mois - une somme importante pour les jeunes hommes, souvent issus de familles pauvres, qui sont au chômage ou font des petits boulots chez eux pour quelque 150 $. Étant donné que de nombreux djihadistes marocains ont seulement une éducation de niveau primaire, avec seulement 10% titulaire d'un diplôme universitaire, les possibilités d'avancement économique dans leur pays semblent limitées. Bien sûr, il ya aussi des facteurs personnels, bien que la religion semble venir en second lieu à des visions de l'aventure et de bravoure dans les champs de bataille.

Que ce soit pour devenir des «héros» ou gagner de l'argent, 30 Marocains, en moyenne, ont rejoint l’organisation terroriste chaque mois depuis que la guerre civile syrienne a commencé. Mais actuellement, le taux a considérablement ralenti. Selon l'Observatoire du Nord marocain des droits humains, seulement 16 djihadistes marocains se sont rendus en Syrie et en Irak au cours des six premiers mois de cette année.