Valery Hache/AFP/Getty Images

Un mondialisme plus dangereux

PRINCETON – « L’Amérique d’abord » assène Donald Trump. « La Grande-Bretagne d’abord » disent les partisans du Brexit. « La France d’abord » fanfaronne la présidente du Front national Marine Le Pen. « La Russie d’abord » clame le président Vladimir Poutine. Tant d’importance accordée aujourd’hui à la souveraineté nationale pourrait faire penser que les jours de la mondialisation sont comptés.

Ce n’est pourtant pas le cas. Il ne s’agit pas aujourd’hui d’un affrontement entre le mondialisme et l’antimondialisme, mais plutôt d’un monde tiraillé entre deux modèles d’intégration : l’un est multilatéral et internationaliste et l’autre bilatéral et impérialiste. Tout au long de l’histoire moderne, le monde a oscillé entre ces deux modèles.

Depuis 1945, les tenants de l’internationalisme ont prévalu. Ils prônent la coopération et des institutions multilatérales à même de promouvoir les biens communs de l’humanité, comme la paix, la sécurité, la stabilité financière et la durabilité de l’environnement. Leur modèle circonscrit la souveraineté nationale en obligeant les États à se conformer à des normes, conventions et traités communs.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/W72RJiK/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.