subacchi23_PIERO CRUCIATTI_AFP_Getty Images PIERO CRUCIATTI/AFP/Getty Images

Les douloureuses leçons de Gênes

GÊNES – Nos infrastructures sont-elles sûres ? Au lendemain de l'effondrement du pont de Morandi à Gênes, c'est la question que tout le monde se pose. Naturellement, nous pourrions arguer du fait que les catastrophes de ce genre sont des exceptions, voire même croire qu'elles sont peut-être spécifiques à l'Italie - un pays où les projets d'infrastructure sont souvent un terrain propice à la corruption. Mais ce serait une manière de nous fourvoyer.

En Europe de l'Ouest et aux États-Unis, les ponts, les routes et les chemins de fer construits dans les années 1950 et 1960 pendant la reconstruction d'après-guerre et le boom économique sont à présent vieux, désuets et utilisés à l'excès. Est-ce qu'une seule économie développée dispose d'une stratégie à long terme pour contrôler ses infrastructures essentielles ? Est-ce que les risques sont correctement évalués et réduits ? Quels sont les compromis entre l'entretien et le remplacement des infrastructures approchant de leur fin de vie ? Et comment les citoyens peuvent-ils influencer le débat public au sujet de ceux qui doivent payer les infrastructures et de l'endroit où il faut en construire ?

L'Italie et d'autres économies avancées ont besoin de mesures qui relient stratégiquement et de façon durable les projets d'infrastructure que les administrations locales et centrales ont produits au cours des années. Elles doivent évaluer les ressources et les capitaux qui seront nécessaires dans les années à venir. Et elles devraient mettre au premier plan la valeur sociale, plutôt que seulement les retours financiers immédiats des infrastructures essentielles.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/j1XAxwCfr