Federal Reserve Chair Janet Yellen Saul Loeb/Getty Images

Les banques centrales doivent travailler ensemble – ou souffrir seules

NEW YORK – La croissance mondiale semble prendre, lentement mais sûrement, le chemin de la reprise. Les dernières Perspectives de l’économie mondiales publiées par le Fonds monétaire international prévoient 3,5% de croissance mondiale cette année, en hausse par rapport aux 3,2% de l’an dernier. Pourtant, il y a un hic: les politiques monétaires accommodantes qui ont, dans une large mesure, permis aux économies de renouer avec la croissance atteignent leurs limites et menacent maintenant de perturber la reprise en créant les conditions d'une nouvelle crise financière.

The Year Ahead 2018

The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

Order now

Ces dernières années, les grandes banques centrales du monde ont adopté des politiques monétaires qui n’avaient jamais été aussi accommodantes, y compris en fixant les taux d’intérêt à des niveaux qualifiés par un récent rapport de la Deutsche Bank de « les plus bas jamais observés depuis plusieurs siècles ». Ceci, couplé à un assouplissement quantitatif à grande échelle, a injecté un montant massif de 32 billions de dollars dans l'économie mondiale au cours des neuf dernières années. Or, ces politiques non conventionnelles se révèlent être un cas classique de mauvais équilibre en théorie des jeux: chaque banque centrale gagne à maintenir les taux d'intérêt bas, mais, collectivement, leur approche constitue un piège.

Dans le monde globalisé d'aujourd'hui, une légère baisse des taux d'intérêt par une banque centrale individuelle peut générer des bénéfices, à commencer par l'affaiblissement de la monnaie qui stimule les exportations. Mais plus le nombre de pays ayant recours à cette stratégie augmente, plus la pression exercée sur le secteur bancaire est forte. Ceci est d’ores et déjà évident en Europe, où les cours des actions bancaires ont chuté de façon constante au cours des derniers mois.

De plus, des taux d'intérêt bas et surtout négatifs rend la détention de liquidités coûteuse, ce qui incite les investisseurs à rechercher des placements plus risqués présentant des rendements potentiels plus élevés. En conséquence, les obligations structurées adossées à des emprunts (collateralized loan obligations ou CLO) ont plus que doublé cette année, pour atteindre une valeur de marché globale de 460 milliards de dollars. Cela ressemble beaucoup à l'envolée des obligations adossées à des prêts bancaires (collateralized debt obligations ou CDO) qui avait contribué à la crise financière de 2008. Bien que le monde ait mis en place plus de mécanismes de régulation et de contrôle pour les CLO qu'il ne l’avait fait pour les CDO avant la crise, la tendance reste très préoccupante.

Enfin, la faiblesse persistante des taux d'intérêt peut pousser les gens à s’inquiéter concernant leurs fonds de retraite, les poussant à épargner davantage. Au lieu d’encourager la consommation, comme prévu, la stimulation monétaire peut créer un environnement qui affaiblit la demande et ralentit les perspectives de croissance économique.

Aujourd'hui, aucun pays ne peut éloigner le monde de ce piège. Les Etats-Unis, qui auraient pu prendre les devants dans le passé, ont cédé leur position de leader mondial au cours des dernières années – un processus qui a été fortement accéléré au cours de la première année de la présidence de Donald Trump. De plus, le G20 s’est récemment essoufflé à tenter d’encourager une coordination plus étroite des politiques monétaires et fiscales entre les principales économies avancées et émergentes du monde.

Peut-être un nouveau regroupement des principaux acteurs – le GMajor? – doit-il s’engager, avant qu'il ne soit trop tard. Pour acquérir la motivation nécessaire, les autorités monétaires devraient se rappeler le « dilemme du voyageur », une parabole de théorie des jeux qui met en évidence les pièges de la rationalité individuelle.

La parabole parle d’un groupe de voyageurs, qui rentrent tous à la maison avec le même objet en céramique acheté sur une île lointaine. Constatant que la céramique a été endommagée pendant le transport, ils exigent une indemnisation de la compagnie aérienne. Puisque le gestionnaire de la compagnie aérienne – connu sous le nom de « génie de la finance » – n'a aucune idée du prix de cet objet en céramique, il a besoin d’une solution créative pour déterminer le montant de l'indemnité.

Le directeur décide de demander à chaque voyageur d’écrire le prix – n’importe quel nombre entier entre 2 et 100 dollars – sans se concerter. Si tous écrivent le même nombre, ce montant sera accepté comme étant le prix, et chaque voyageur recevra une indemnité de ce même montant. S'ils écrivent des nombres différents, le nombre le plus bas sera considéré comme le prix correct. Les personnes ayant écrit le plus petit nombre recevront alors un montant additionnel de 2 dollars, en tant que récompense pour leur honnêteté, tandis que tous ceux qui ont écrit un nombre plus élevé recevront 2 dollars de moins pour punir leur tricherie. Donc, si certains écrivent 80 dollars et d’autres 90 dollars, ils recevront 82 et 78 dollars, respectivement, en compensation.

À première vue, les voyageurs sont ravis. La céramique n'a pas de valeur monétaire réelle, or, si chacun écrit 100 dollars, tous peuvent recevoir 100 dollars d’indemnisation. Un voyageur, cependant, se rend vite compte qu’écrire 99 dollars serait une meilleure option, car il recueillerait la récompense supplémentaire de 2 dollars, ce qui ferait un total de 101 dollars. Ce voyageur se rend vite compte, cependant, que d'autres doivent avoir eu la même idée, et décide donc de plutôt écrire 98 dollars. Et si les autres avaient pensé à la même chose ? Autant écrire 97 dollars pour être sûr. Etre sûr ?

En fin de compte, piégés par cette logique inexorable, tous les voyageurs finissent par écrire et recevoir 2 dollars. Le résultat peut sembler une catastrophe, mais il n’en est pas moins le choix le plus rationnel – « l’équilibre de Nash » du jeu du dilemme du voyageur. L’origine du surnom du génie de la finance est maintenant claire.

La morale de l'histoire est simple. La main invisible du marché ne conduit pas toujours des agents qui suivent individuellement leur propre intérêt à un résultat souhaitable collectivement. L’altruisme et le souci d’autrui doivent jouer un rôle. En leur absence, les joueurs doivent au moins coordonner leurs décisions. Si les banques centrales ne prennent pas ce message à cœur, elles se retrouveront bientôt à devoir balayer beaucoup de céramique cassée.

Traduit de l’anglais par Timothée Demont

http://prosyn.org/m9ypigO/fr;

Handpicked to read next

  1. Chris J Ratcliffe/Getty Images

    The Brexit Surrender

    European Union leaders meeting in Brussels have given the go-ahead to talks with Britain on post-Brexit trade relations. But, as European Council President Donald Tusk has said, the most difficult challenge – forging a workable deal that secures broad political support on both sides – still lies ahead.

  2. The Great US Tax Debate

    ROBERT J. BARRO vs. JASON FURMAN & LAWRENCE H. SUMMERS on the impact of the GOP tax  overhaul.


    • Congressional Republicans are finalizing a tax-reform package that will reshape the business environment by lowering the corporate-tax rate and overhauling deductions. 

    • But will the plan's far-reaching changes provide the boost to investment and growth that its backers promise?


    ROBERT J. BARRO | How US Corporate Tax Reform Will Boost Growth

    JASON FURMAN & LAWRENCE H. SUMMERS | Robert Barro's Tax Reform Advocacy: A Response

  3. Murdoch's Last Stand?

    Rupert Murdoch’s sale of 21st Century Fox’s entertainment assets to Disney for $66 billion may mark the end of the media mogul’s career, which will long be remembered for its corrosive effect on democratic discourse on both sides of the Atlantic. 

    From enabling the rise of Donald Trump to hacking the telephone of a murdered British schoolgirl, Murdoch’s media empire has staked its success on stoking populist rage.

  4. Bank of England Leon Neal/Getty Images

    The Dangerous Delusion of Price Stability

    Since the hyperinflation of the 1970s, which central banks were right to combat by whatever means necessary, maintaining positive but low inflation has become a monetary-policy obsession. But, because the world economy has changed dramatically since then, central bankers have started to miss the monetary-policy forest for the trees.

  5. Harvard’s Jeffrey Frankel Measures the GOP’s Tax Plan

    Jeffrey Frankel, a professor at Harvard University’s Kennedy School of Government and a former member of President Bill Clinton’s Council of Economic Advisers, outlines the five criteria he uses to judge the efficacy of tax reform efforts. And in his view, the US Republicans’ most recent offering fails miserably.

  6. A box containing viles of human embryonic Stem Cell cultures Sandy Huffaker/Getty Images

    The Holy Grail of Genetic Engineering

    CRISPR-Cas – a gene-editing technique that is far more precise and efficient than any that has come before it – is poised to change the world. But ensuring that those changes are positive – helping to fight tumors and mosquito-borne illnesses, for example – will require scientists to apply the utmost caution.

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now