5

Le péril partisan en Amérique

NEWPORT BEACH – Les Etats-Unis ont la réputation de mener une politique économique avisée, mais cette dernière a été écornée au cours de l’année 2013. Ceci est en partie justifié, mais en partie seulement. Et cela inspire aujourd’hui un discours faussé qui semble gagner du terrain – un discours qui en 2014 pourrait inutilement fragiliser les mesures essentielles à la reprise économique en Amérique.

La crise financière globale de 2008 a plongé l’économie américaine dans un faible niveau d’équilibre caractérisé par un ralentissement de la création d’emplois, un taux de chômage des jeunes et de longue durée élevé et persistant, et des inégalités de revenus, de richesse et d’opportunité croissantes. Nombreux furent les Américains qui au début de l’année 2013 avaient placé tous leurs espoirs dans la capacité de leurs représentants à dépasser, ne serait-ce que partiellement, la polarisation et les disfonctionnements politiques qui ont contribué au ralentissement de la reprise.

L’accord bipartite qui devait éviter la soit disant falaise budgétaire (même si adopté à la dernière minute et avec une profonde amertume) et un accord passé fin janvier pour élever le plafond de la dette (même si de manière temporaire) avaient permis d’espérer une accalmie des turbulences politiques. Avec moins de politique de la corde raide et un avenir politique moins incertain, une croissance économique plus rapide et plus inclusive pouvait être envisagée.

Une croissance plus rapide qui devrait à son tour revitaliser le marché du travail, inverser la courbe des inégalités de revenus, soulager les inquiétudes sur la dette et les niveaux de déficit, et permettre à la Réserve Fédérale de normaliser sa politique monétaire de manière ordonnée. Elle faciliterait aussi un retour à une gouvernance économique plus normale de la part du Congrès – que ce soit pour voter le budget annuel, ce qui n’a pas été fait depuis quatre ans, ou pour adopter enfin les mesures nécessaires afin d’encourager la croissance et la création d’emploi plutôt que de les freiner.