6

Atteindre la vélocité de sortie

NEWPORT BEACH – Il est plutôt rare de pouvoir déclarer sans trop s’avancer qu’un remède universel pourrait grandement améliorer le sort de milliards de gens dans le monde entier; et ce, de manière durable et mutuellement solidaire ; afin d’améliorer le bien-être des générations actuelles et futures. Et pourtant c’est le cas aujourd’hui.

J’ai en tête, bien entendu, un remède connu de tout le monde ; j’ai nommé la croissance économique – la seule chose qui peut hausser le niveau de vie, réduire les inégalités exagérées, améliorer les perspectives d’emploi, atténuer les tensions et même modérer les pressions géopolitiques. Et comme la plupart des analystes de la conjoncture – notamment le Fonds monétaire international et la Banque mondiale – prévoient déjà une croissance mondiale pour 2014 et qu’elle sera mieux répartie dans les grandes zones économiques du monde.

De tels pronostics reflètent trois développements positifs. Tout d’abord, la sortie de crise de l’Europe, aidée des économies périphériques qui profitent de meilleures perspectives de croissance par rapport aux autres économies. Pendant ce temps, aux États-Unis, un niveau de 3 % de croissance annuelle du PIB n’est plus inatteignable. De leur côté, la croissance des économies émergentes sera tiédie par la croissance ralentie de la Chine, malgré un niveau relativement élevé de 7 %.

Même si le potentiel d’un regain de la croissance mondiale est en effet une bonne nouvelle, surtout avec les taux de chômage encore élevés dans bon nombre de pays et les pressions associées sur les filets de sécurité sociale, il est trop tôt pour célébrer. Le risque est qu’en incitant à une politique de complaisance, la reprise économique de cette année pourrait bien avoir des effets contraires.