6

Le Hamas a-t-il gagné?

GAZA – La guerre de 51 jours à Gaza a fait plus de 2 100 morts et plus de 11 000 blessés au sein de la population palestinienne et a dévasté de vastes zones qui prendront des années à rebâtir. Après la troisième intervention militaire d’Israël dans la bande de Gaza en moins de six ans, la plupart des Palestiniens se demandent s’il faut poursuivre la lutte et espèrent une solution qui atténuerait leurs souffrances. Le Hamas peut-il, par sa position nouvellement acquise au premier rang de la politique palestinienne, apporter une telle solution ?

Avant que le dernier conflit n’éclate, le Hamas était isolé politiquement. Le mouvement avait perdu ses alliés traditionnels de Syrie, d’Iran et du Hezbollah. Plus grave encore, la destitution de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, le chef du gouvernement dirigé par les Frères musulmans a privé le Hamas de sa filière d’approvisionnement et d’armement.

Le régime militaire de l’Égypte, dirigé par le général Abdel Fattah al-Sisi n’a jamais cessé de montrer de l’hostilité envers le Hamas, accusant le Hamas d’être responsable du conflit au Sinaï entre l’armée et les groupes rebelles. L’Égypte a même monté une opération pour détruire les tunnels entre la bande de Gaza et le Sinaï, isolant complètement le territoire.

Le Hamas était confronté à une crise allant en s’intensifiant. Incapable de verser les salaires de plus de 40 000 fonctionnaires de Gaza, le gouvernement se faisait lentement étouffer par les autorités israéliennes et égyptiennes. Et le gouvernement d’unité nationale établi avec l’autorité palestinienne en juin n’a rien arrangé.