0

Les missiles, MickeyMouse et la Corée du Nord

PYONGYANG - La chose la plus facile à prévoir en ce qui concerne la Corée du Nord, c'est précisément son imprévisibilité. La semaine dernière, le fils de son "Cher dirigeant", Kim Jong Il, a été arrêté alors qu'il tentait d'entrer au Japon muni d'un faux passeport (soi-disant pour visiter le Disneyland de Tokyo avec son fils), le jour suivant, la Corée du Nord s'est engagée à poursuivre le moratoire sur les tests de missiles jusqu'en 2003 et les exportations de missiles vers des pays tels que l'Iran. Mais il y a un second élément constant dans la situation de la Corée du Nord, c'est son échec économique.

Un million de personnes est probablement mort de faim entre 1995 et 1997. Maintenant le Programme d'aide alimentaire mondial (PAM) craint l'apparition d'une nouvelle famine. La production agricole va probablement tomber à 1,8 millions de tonnes de céréales, bien moins que les 4,8 millions nécessaires pour fournir la maigre ration quotidienne de 200 grammes de céréales dévolus aux Nord-Coréens ordinaires (la moitié de la ration quotidienne dans les camps de réfugiés de l'ONU). Pire encore, les stocks de la production nationale ont été épuisés en janvier et ceux provenant de l'aide alimentaire de la Corée du Sud vont être épuisés ce mois-ci.

Alors que les six millions d'enfants de Corée du Nord sont nourris grâce au Programme d'aide alimentaire mondial, les 17 millions d'adultes doivent se débrouiller par eux-mêmes (la priorité étant accordée à l'armée, la plus grande partie de l'aide est détournée au profit de la bureaucratie et de l'envahissante institution militaire). Pour se nourrir, de nombreux Coréens du Nord en sont réduits à chercher racines et feuilles comestibles et à faire des soupes de trognons de choux et de déchets de légumes. Ceux qui survivront seront encore plus mal nourris et le pourcentage d'enfants dont la croissance est déficiente va dépasser la proportion actuelle de deux tiers.

La mini-récolte agricole n'est pas attendue avant fin juin. Mais elle sera encore plus mauvaise que celle de l'année dernière. Au même moment, la Corée du Sud va réduire de 300.000 à 200.000 tonnes ses dons d'engrais destinés à la culture du riz. Même à ce faible niveau, des voix s'élèvent à Séoul pour demander que l'aide soit liée à l'amélioration des relations Nord-Sud.