Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

turner62_ChristopherFurlongGettyImages_skulldriedearth Christopher Furlong/Getty Images

La dangereuse illusion d’un réchauffement climatique optimal

LONDRES – Le Royaume-Uni est désormais légalement tenu d’éliminer totalement ses émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici 2050. Au Parlement, les opposants à cette mesure plaidaient pour une analyse coûts-bénéfices plus approfondie avant de prendre un tel engagement, et le prix Nobel d’économie William Nordhaus affirme qu’une telle analyse démontre que le rythme optimal de réduction des émissions est beaucoup plus lent.

L’accord de Paris sur le climat, conclu en 2015, ambitionne de contenir la hausse de la température planétaire « nettement en dessous de 2° C par rapport aux niveaux préindustriels », tandis que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) plaidait en 2018 pour une augmentation plafonnée à 1,5° C. Le modèle de Nordhaus suggère en revanche de limiter le réchauffement à 3,5° C d’ici 2100. Si cet objectif était retenu, il deviendrait acceptable de reporter bien au-delà de 2050 celui de parvenir à la nullité des émissions nettes.

Mais la méthode employée par Nordhaus n’est qu’une application erronée d’une modélisation complexe d’aide à la prise de décision dans des situations d’incertitude extrême. Tous les modèles dépendent des hypothèses qui les alimentent. À mesure du réchauffement de la Terre, les rendements agricoles augmenteront dans les régions plus froides et diminueront dans les plus chaudes. Toute estimation des conséquences économiques nettes est sujette à caution et à d’importantes marges d’erreur ; S’il est absurde d’imaginer que les bénéfices qu’engrangerait telle ou telle région soient transférés à telle autre qui serait durement touchée, la modélisation peut du moins nous aider à évaluer l’ampleur possible de ces conséquences.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/ctqIshXfr;
  1. asoros3_Emanuele CremaschiGetty Images_italycoronavirusnurse Emanuele Cremaschi/Getty Images

    The Spirit of Milan

    Alex Soros

    The COVID-19 crisis has given the European Union an opportunity to honor its high-flown talk of values and rights, and assert itself as a global leader. To seize it, the EU and its member states must demonstrate much greater solidarity, not least toward Italy, than they have so far.

    0

Edit Newsletter Preferences