nierenberg1_FrédéricSoltanCorbisviaGettyImages_peruviangirlinwheatfield Frédéric Soltan/Corbis via Getty Images

La fourchette plus forte que le mur

LA NOUVELLE ORLÉANS – Le mot « migration » suscite des images de guerre, de catastrophes naturelles et de graves difficultés économiques. Tous ces motifs ont leur importance et poussent des gens à chercher refuge loin de chez eux. Mais le plus puissant moteur de migration pourrait bien être la nourriture - ou, plutôt, l'absence de nourriture.

Depuis 2017, près de 821 millions de personnes dans le monde - environ une personne sur neuf - ont fait face à la privation de nourriture chronique. Si certains progrès ont été accomplis pour réduire la faim extrême, le nombre total de personnes souffrant de faim chronique continue à augmenter.

Le lien avec les migrations est clair. Lorsque des gens issus d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Amérique latine ne peuvent pas se nourrir eux-mêmes ni nourrir leurs familles, bien souvent, ils quittent leur pays. Selon une étude du Programme alimentaire mondial (PAM) de l'Organisation des Nations Unies, chaque augmentation d'un point de pourcentage de l'insécurité alimentaire augmente les mouvements de réfugiés de 1,9 %.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/ZSsDy5cfr