0

Micro-Europe

STOCKHOLM – Tandis que la chute de Wall Street handicape les Etats-Unis, l'Europe devrait vivre son heure de gloire. Et pourtant, son rayonnement dans le monde s’est affaibli. L’Union européenne est moins écoutée qu’il y a quinze ans. Comme le dit l’éminent diplomate et universitaire singapourien Kishore Mahbubani : « les européens sont étrangers aux grandes questions planétaires. Tout à leurs procédures internes et à leur arrogance culturelle, ils craignent les Etats-Unis et sont aveugles à la montée de l’Orient. »

Si l’Europe souhaite décrocher un rôle de leader mondial, elle doit inverser son déclin économique de longue date. Les signes de ce déclin sont les suivants :

·        Propriété  : Des sociétés européennes ont dominé le monde en développement des siècles durant, mais cette tendance s’inverse. Investisseurs indiens et moyen-orientaux, entre autres, rachètent les aciéries et les équipementiers automobiles européens. La Chine et la Russie sont à surveiller dans les années qui suivent.

·        Taux d’échange  : Au moment où le dollar s’est affaissé l’an dernier, ce qui a rendu l’Europe encore moins compétitive, le Fonds monétaire international et la Banque centrale européenne, tous deux dirigés par des Européens, se sont révélés impuissants. Les chefs d'états et de gouvernement européens se sont précipités vers la Chine pour quémander du soutien. Le dollar a récemment remonté face à l’euro, et les Européens n’y sont pour rien.